Home Exposition Laurence Dervaux

Corps et âme

© Leslie Artamonow

C’est une oeuvre des plus singulières. Depuis 25 ans, Laurence Dervaux puise dans les matières dites pauvres, et parfois même organiques, la substantifique moelle des objets, sculptures et vidéos qu’elle crée. Entre rétrospective et pièces inédites (dont une grande installation immersive), la plasticienne belge se dévoile tout en allégories au BPS22 de Charleroi.

Il y a les artistes qui jouent de l’argile ou de la gouache, façonnent le métal, le bois ou tirent le meilleur parti du plastique. Et puis il y a Laurence Dervaux. La native de Tournai exploite une tout autre palette : du sang, de la mie de pain, une boîte crânienne… Littéralement ou en apparence seulement. Dans l’oeuvre protéiforme de l’artiste, tout est question de niveaux de compréhension. Prenons l’une de ses pièces emblématiques, qui avait marqué le public de Charleroi il y a trois ans. Une superposition de 750 récipients de verre emplis de 428 litres de liquide rouge transparent évoquant des images de joyaux, de rivière de rubis. Vient alors le titre : La quantité de sang pompée par le coeur humain en une heure et vingt-huit minutes, éclairant ce qui nous fait face d’un jour nouveau. « On trouve dans mon travail des pièces relatives à nos fonctions vitales. Je cherche à montrer la fragilité de notre existence », souligne la plasticienne. Cette exposition, baptisée Nous, huit milliards d’humains, moins vingt-sept, plus septante, le temps de lire ce titre, est le fruit d’un travail poussé sur la lumière, et suggère plus qu’il n’étale l’éphémère beauté de la vie.

Marine Durand / Photo : © Leslie Artamonow
Informations
Charleroi, BPS22

Site internet : http://www.bps22.be

23.09.2023>07.01.2024mar > dim : 10h-18h, 6 > 3€ (gratuit -12 ans)
Articles similaires