Home Best of Interview Kaloian Toshev

L'esthète dans les nuages

Série Color Queens

Né et installé en Bulgarie, Kaloian Toshev dessine depuis son plus jeune âge, et ne s’est depuis jamais arrêté. Bien lui en a pris ! Désormais connu sous le nom de MZK, cet artiste « fasciné par la beauté féminine » sublime ses sujets à travers des portraits tantôt futuristes, tantôt chimériques, mais toujours captivants. Surtout, ses œuvres dénotent par leur originalité et un sens certain de l’expérimentation. Ici une fille à la peau dalmatienne et coiffée d’une chevelure liquide, là une autre aux yeux écarlates et semblant une geisha androïde, comme sortie d’un film de SF… Ce trentenaire à la débordante créativité nous livre quelques secrets de fabrication.

Pouvez-vous nous parler votre parcours ? Je dessine depuis que je suis enfant. Mon père m’a poussé très tôt dans cette voie et je remercie mes deux parents de m’avoir toujours encouragé. J’ai utilisé les outils numériques assez rapidement, développant mon propre style, et je me suis fait un nom. J’ai par exemple réalisé des illustrations pour des clients comme Coca Cola ou Fast Company. Lorsque les NFT sont apparus, je suis tombé amoureux de ce concept, et j’ai commencé à vendre mon travail sous sa forme la plus pure. Cela m’a permis de devenir artiste à plein temps.

Comment définiriez-vous votre style, en quelques mots ? Clean, coloré et un peu abstrait.

Pourquoi vos modèles sont-ils des femmes ? Je suis fascinée par la beauté féminine. Je me concentre sur les visages parce qu’ils ont quelque chose de spécial, difficile à saisir, et c’est ce qui les rend encore plus désirables. Le regard peut transmettre tellement de choses… Les femmes sont des muses, elles influencent grandement ma vie.

Série Hello

Série Hello

Que cherchez-vous à travers ces portraits ? J’aime surtout expérimenter. Parfois, il s’agit de saisir la beauté telle que notre monde la perçoit. D’autres fois, j’en propose une vision futuriste, imaginant ce que seront les canons de beauté dans 100 ans. Ou alors, c’est simplement une expérience abstraite, comme dans ma dernière série.

Concrètement, comment travaillez-vous ? J’ai suivi tellement de processus ! Cela dépend du résultat souhaité. Généralement, je commence par tracer quelques croquis pour voir s’ils fonctionnent. S’il s’agit d’un travail personnel, je m’assois avec une simple petite idée en tête et j’expérimente jusqu’à ce que j’obtienne quelque chose d’intéressant. Mais je ne dessine plus sur papier, et cela ne me manque pas vraiment.

Quelles sont vos influences artistiques ? L’inspiration vient de partout. Je crée souvent en écoutant de la musique, pour installer une ambiance. La peinture classique peut également être une grande source d’inspiration, car les œuvres anciennes recouvrent généralement un sens plus profond. Mais je regarde aussi beaucoup d’artistes modernes, comme Felipe Pantone, Oelhan, Peter Tarka, Ash Thorp, Hedi Xandt, Dom Qwek et bien d’autres encore !

Parmi les images de cette sélection, quelle serait votre préférée ? La fille orange avec les pyramides parsemant son visage. J’aime beaucoup la simplicité et la puissance de cette image. J’étais justement en train de m’amuser et d’expérimenter lorsque je l’ai réalisée, et ça a fait tilt !

Série Color Queens

Série Color Queens

Il paraît que vous aimez les sports extrêmes, mais aussi les arts martiaux Pouvez-vous nous en dire plus ? Oui, je pratique le snowboard depuis 25 ans et j’adore ça. Malheureusement, les conditions d’enneigement en Bulgarie se dégradent d’année en année et je n’ai plus que rarement l’occasion de m’adonner au freeride dans l’arrière-pays. C’est pour cette raison que je me suis dirigé vers une nouvelle activité et j’ai découvert le “dirt bike” (ndr : du motocross). C’est maintenant mon principal sport extrême et j’aime vraiment sa complexité et ses exigences. Et puis, il y a six, sept ans, des amis m’ont initié au Ving Tsun, et j’ai été séduit par la simplicité et l’efficacité de cet art martial.

Cette pratique se reflète-t-elle d’une manière ou d’une autre dans votre travail ? Oui, les arts martiaux m’ont aidé dans tous les domaines de la vie. De la façon de penser à celle de manger, de s’asseoir, de marcher, de dormir, de faire face aux défis, de se concentrer… Les arts martiaux, c’est génial !

Quels sont vos projets ? Je me concentre sur le changement de mon style et des mes sujets. J’espère que cela débouchera sur un grand projet et, peut-être, une exposition…

Propos recueillis par Julien Damien / Photo : image issue de la série Color Queens de Kaloian Toshev

À visiter / mzk.art // @mzkvisuals

Articles similaires