Home Exposition Diane Von Furstenberg

La femme qui aimait les femmes

Diane Von Furstenberg on the Empire State Building for a japanese jeans ad around 1980,
Diane Von Furstenberg archives © Ara Gallant

Le saviez-vous ? Derrière l’une des robes les plus vendues au monde se cache… une Belge. Installée depuis cinquante ans à New York, Diane Von Furstenberg a vu le jour à Bruxelles, se passionne pour les plantes et fleurs, et sa carrière dépasse largement l’iconique wrap dress. Tout cela (et bien d’autres choses) est à découvrir dans Woman Before Fashion, au Musée Mode et Dentelle.

Lorsqu’on monte une exposition de mode, il faut parfois donner de sa personne. Pour appréhender le travail de Diane Von Furstenberg, Nicolas Lor, responsable des expositions et des publications au musée bruxellois, a crapahuté avec la créatrice dans le Connecticut. « Et malgré ses 76 ans, elle marche très vite ! », sourit-il. Invité à creuser le sillon de la “Brussels Touch” et ces stylistes liés à la capitale, le jeune commissaire est revenu sur le parcours de celle qui est née Diane Halfin avant d’épouser un prince suisse, de divorcer puis de créer sa griffe. Le tout avant l’âge de 25 ans ! Il en est ressorti avec une conviction : « Il n’y a aucune frontière entre sa vie personnelle et sa carrière. Ses problématiques de femme active, les questions de praticité, de versatilité du vêtement ont fait l’essence de sa marque. » Divisé en quatre chapitres « chronothématiques », le parcours de Woman Before Fashion entraîne le visiteur dans les pas de “DVF” via 230 pièces : robes, jupes, chemises, tuniques, mais aussi patrons, échantillons de tissu, photographies et articles de presse.

L’important, c’est la robe

La robe portefeuille en jersey, confortable, infroissable, qui permet aux femmes d’être libres de leurs mouvements, ouvre naturellement l’exposition. « Diane Von Furstenberg a toujours été animée par une soif de liberté et d’indépendance, et cela se voit dans son vestiaire », remarque Nicolas Lor. Depuis la création de la wrap dress en 1974, il s’en est vendu plus de 10 millions d’exemplaires dans des centaines d’imprimés différents, dont le léopard, emblématique. Plus loin, c’est le goût de la femme d’affaires pour l’art, son amitié avec Andy Warhol puis sa curiosité à l’égard de la nature qui se dévoilent. Une dernière partie focalise sur ses activités philanthropiques et sur InCharge, sa plateforme d’empouvoirement. En somme, une femme qui aime les femmes – et elles le lui rendent bien.

A LIRE ICI / RANKIN, REMISE AU POINT

A LIRE ICI / MAN RAY ET LA MODE

Marine Durand // Photo : Diane Von Furstenberg on the Empire State Building for a japanese jeans ad around 1980, Diane Von Furstenberg archives © Ara Gallant
Informations
Bruxelles, Musée mode et dentelle
21.04.2023>07.01.2024mar > dim : 10h-17h, 10 > 4€ (gratuit -18 ans)
Articles similaires
En 2018, le SolarStratos réussit le premier vol stratosphérique à l'énergie solaire ! © Creatorz Deitz