Home Best of Portfolio Hélène Builly

Les lois du hasard

Murmur (c) Hélène Builly

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais vous avez forcément croisé une de ses illustrations au détour d’une page du Monde, d’un programme de théâtre ou encore d’une pochette d’album – The Cloud Making Machine de Laurent Garnier, c’est elle ! Voilà plus de 20 ans qu’Hélène Builly produit des collages volontiers surréalistes. Ses œuvres s’apprécient comme des palimpsestes superposant différentes histoires, pour autant de niveaux de lecture.

À l’heure où le flot d’images n’a jamais été aussi abondant, anesthésiant toute sensibilité face aux sujets les plus graves, Hélène Builly accorde tout et son contraire pour réécrire le monde à sa façon. « Pour moi, le collage traduit d’abord une irrésistible envie de changer l’ordre des choses », assure l’artiste. Comme un grand sampling visuel ? Il y a de ça. Dans son iconothèque cohabitent des clichés de toutes les époques, tous les styles, agrémentés de ses propres photographies si nécessaire. Elle cherche, réarrange tout cela au gré de son inspiration, obéissant volontiers aux lois du hasard, qui réserve de belles surprises. « C’est une source de création formidable, rappelant combien il est important de ne pas avoir une idée fixe ». Le champ des possibles n’en devient alors que plus vaste, voire infini. « Une image porte en elle toute une histoire. Lorsqu’on la place dans un nouveau contexte elle crée de nouvelles significations, explique l’illustratrice. Toutefois, notre subconscient n’oublie pas complètement le sens originel et finit par en produire d’autres ». Comme si ces éléments reprenaient le contrôle des événements…

Collé décalé

De ces juxtapositions inattendues résultent ainsi des compositions sophistiquées, véhiculant parfois cette inquiétante étrangeté si chère aux surréalistes. En témoignent par exemple ces baigneuses allongées sur une plage de sable noir, et bronzant sous la lumière artificielle projetée par un zeppelin. Ou encore ce couple semblant sorti des années 1950, spectateur immobile d’un terrifiant cataclysme emportant ses chapeaux sans qu’il ne lève le petit doigt – notre couverture. A bien y réfléchir, on pourrait voir là une puissante allégorie de notre incapacité d’agir face au péril climatique en cours. Mais sans doute est-ce une autre histoire, à vous de voir…

Julien Damien
Articles similaires
Dreamscapes © Tom Nulens