Home Exposition Centre Historique de Lewarde

Une mine d'informations

© DR

Moroses, les cités ouvrières du Nord-Pas de Calais ? Pas si sûr. Au début de l’été, le bassin minier était inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, et le centre historique minier de Lewarde fête ses trente ans. Ou comment se souvenir du passé pour réussir sa reconversion.

L’exposition Des Machines et des Hommes illustre les techniques d’extraction du charbon durant cette épopée industrielle (1720-1990). Un parcours articulé autour de douze verbes propres au vocabulaire ouvrier (foncer, épuiser, rouler…). Maquettes de chevalements soutenant les puits, photographies de terrils et jeux de pistes invitent à découvrir la complexité des machines. Jusqu’en 1850, on extrait le précieux minerai à la seule force des gueules noires et des chevaux. Puis, l’exploitation se mécanise progressivement et gagne en puissance, mais demeure sous la contrainte de veines minces, plissées et profondes. « S‘il existe une nostalgie du charbon, elle est moins relative à ce métier pénible qu’aux valeurs associées de fierté et de solidarité » précise Karine Sprimont, directrice de la communication du Centre. Qui renchérit : « L’inscription à l’Unesco est la reconnaissance des sacrifices de ces hommes. mais être classé ne signifie pas être figé. C’est un patrimoine évolutif ». En effet, les corons sont encore habités et les terrils, aménagés pour des randonnées pédestres ou du… ski sur piste synthétique. « Avec ses cathédrales pour uniques montagnes » (Brel), et son « ciel comme seul horizon » (Bachelet) le Nord est certes un territoire plat, mais ne manque pas de ressources.

Florian Koldyka
Informations

Des Machines et des Hommes
Jusqu’au 31.12, Lewarde, Centre Historique Minier, tlj 9h>19h30, 9/4,70€, +33 (0)3 27 95 82 8

Articles similaires
Animal (186), 2011 © Elliot Ross

Auguste Rodin, Grosse Femme accroupie à masque d’Iris, vers 1910
Bronze, fonte Alexis Rudier, 1911 © Londres, Victoria and Albert Museum