Home Best of Chroniques Bolis Pupul

Letter to Yu

Deewee / Because Music)

Boris Zeebroek s’est d’abord fait un nom aux côtés de Charlotte Adigéry, sous l’alias Bolis Pupul. Il y a pile deux ans, le duo gantois parrainé par les frères Dewaele (Soulwax) sortait Topical Dancer. Soit une géniale hybridation entre house, r’n’b et techno abordant des sujets aussi durs que le sexisme ou le racisme – mais sans jamais se prendre au sérieux. Une sorte d’electro consciente et fichtrement bigarrée que peaufine aujourd’hui en solo le beatmaker belge. Ce premier album est né d’une envie de revendiquer ses racines chinoises (le Yu du titre est adressé à sa mère, originaire de Hong Kong et décédée en 2008) pour mieux les marier à son identité européenne. En résulte onze titres minimalistes (on reconnaît ce pointillisme électronique typique de Deewee) mais d’une inventivité folle, conjuguant musiques asiatiques et occidentales. Ici se télescopent sons enregistrés dans le métro hong-kongais (Completely Half) ou electrorock sous amphétamines façon Vitalic (Kowloon). Plus contemplatif, Goodnight Mr Yi et ses choeurs aériens rappellent Four Tet ou la BO de Ghost in the Shell, tandis que Doctor Says résonne comme un hymne de club digne des Chemical Brothers. Un sacré trip !

Julien Damien
Articles similaires

En 2018, le SolarStratos réussit le premier vol stratosphérique à l'énergie solaire ! © Creatorz Deitz