Home Théâtre & Danse Festival Amiens Europe / Feminist Futures

Le monde de demain

Le Prix de l'or, Eugen Jebeleanu © C.Raynaud de Lage

Sixième édition pour ce festival singulier, qui a le bon goût d’imaginer un futur plus enviable à notre planète. Féminisme, écologie, rapport aux nouvelles technologies et à l’amour, lutte contre les discriminations… Durant une semaine, à Amiens, ces spectacles créés par des artistes issus de toute l’Europe abordent des sujets ô combien actuels, et nous aident à mieux comprendre le monde d’aujourd’hui – et de demain.

Que restera-t-il à entendre lorsque les oiseaux auront disparu ? Telle est la question posée par Aliénor Dauchez. Dans sa nouvelle création (Oiseau), la plasticienne et metteuse en scène nous projette dans un futur proche (qu’on espère le plus lointain possible), où le monde serait privé de bêtes à plumes, et donc de leurs chants. Sur scène, trois interprètes incarnent des êtres hybrides, quelque part entre l’humain, l’animal et la machine, et imaginent une polyphonie mélancolique. Une dystopie ? Pas tant que cela, hélas : selon une étude publiée par le CNRS en mai dernier, 800 millions d’oiseaux ont disparu en Europe depuis 1980, soit un déclin de 25% en 40 ans…

Au suivant !

De disparition programmée, il est aussi question dans Next, autopsy d’un massacre amoureux. Anne-Laure Thumerel (artiste associée à la Maison du Théâtre d’Amiens), analyse ici les nouvelles relations amoureuses, où chacun se “nexte” sans état d’âme. Ou, dit autrement, dégage sans sommation quelqu’un de sa vie affective. Un art du “non-amour” faisant jouer la concurrence, à l’image du capitalisme néo-libéral. Tout aussi engagé, Time Ouf of Joint, de Jule Flierl, compare la place des femmes dans les discours politiques avec les messages des luttes féministes du XXe siècle, au fil d’une virtuose cacophonie dansée.

La première fois de Nanni Moretti

Tandis que Fanchon Guillevic nous confronte à la réalité des violences conjugales (commises contre les femmes) dans son Petit musée des horreurs (dites) ordinaires, Nanni Moretti (!) dissèque la cruauté des sentiments. L’immense réalisateur (récompensé, entre autres, d’une Palme d’or) s’essaie au théâtre et met en scène deux pièces de l’écrivaine italienne Natalia Ginzburg. Ces tragi-comédies sont réunies sous le titre Diari d’amore (“Carnets d’amour”). Où l’on s’allongera avec un jeune couple au bord de la rupture, parce que la femme en aime un autre… sans que cela n’émeuve son mari. On s’invitera ensuite dans un salon bourgeois, pour un jeu de dupes entre un homme, son épouse et sa maîtresse. Au fil de ces scènes d’intimité, comme durant ce festival, c’est toute la complexité humaine qui se dévoile…

Julien Damien / Photo : Le Prix de l'or, Eugen Jebeleanu © C.Raynaud de Lage
Informations
Amiens, Maison de la culture, New Dreams & divers lieux
18.01.2024>26.01.20241 spectacle : 30 > 5€

Sélection / 18 & 19.01 : Aurore Fattier – Hedda // 22 & 23.01 : Aliénor Dauchez – Oiseau, Eugen Jebeleanu – Le Prix de l’or // 23 & 24.01 : Anne-Laure Thumerel – Next, autopsy d’un massacre amoureux // 24.01 : Fanchon Guillevic – Le Petit musée des horreurs (dites) ordinaires // 24 & 25.01 : Igor Koruga – Closeness of Touch // 25.01 : Jule Flierl – Time Out of Joint // 25 & 26.01 : Nanni Moretti – Diari d’amor

Articles similaires