Home Best of Portfolio Lucas Wakamatsu

Colore le monde

Artificial (c) Lucas Wakamatsu

Avec son trait à l’esthétique japonisante et son patronyme évocateur, Lucas Wakamatsu trompe bien son monde. Point d’ascendance asiatique ici, c’est un passeport brésilien que l’illustrateur, formé au design graphique à l’université d’État de São Paulo, conserve dans sa besace. Sa palette est tout aussi ensoleillée. Les images de ce jeune artiste regorgent de bleus éclatants, d’orangés vibrants ou de jaunes flamboyants. « Lorsque je choisis des couleurs, tout est question d’intention et de sensibilité, dit-il. J’essaie de transmettre des messages à l’aide de combinaisons harmonieuses ». Au risque de nous décevoir, l’intéressé explique n’avoir aucune méthode pour créer, ni recette à partager. Tout juste confesse-t-il s’inspirer de son quotidien, d’anciennes oeuvres d’art japonaises et du travail d’une foule d’artistes contemporains. Dans les scènes qu’il croque depuis son ordinateur, un mouvement se déploie et nous embarque. On chausserait bien nos baskets pour suivre ces coureurs enjoués ou ce cheval galopant au milieu des étoiles. Ses portraits ne manquent pas non plus de relief. Ils invitent au voyage, sublimant les maquillages rituels de peuples autochtones avec un regard moderne. Questionné sur notre sélection, Lucas Wakamatsu raconte un souvenir encore vivace de l’homme à la moustache, posté sur sa bicyclette. « Après quelques mois sans se voir pendant la pandémie, un de mes amis a réussi à me rendre visite à vélo, et m’a dit à quel point c’était bon pour sa santé mentale ». Pour nous, c’est sa palette qui fait office de remède, histoire d’affronter l’automne avec le sourire.

A LIRE ICI / L’INTERVIEW DE L’ARTISTE

Marine Durand
Articles similaires