Home Best of Portfolio Clémence Gouy

Féminin pluriel

You Go Girl (c) Clémence Gouy

À l’heure où les droits des femmes sont bafoués un peu partout dans ce bas monde, des États-Unis à l’Afghanistan, les oeuvres de Clémence Gouy s’apprécient d’autant plus. Diplômée de l’École de communication visuelle de Nantes, désormais installée à Amsterdam, cette illustratrice n’aime rien tant que célébrer « l’empowerment féminin » dans des compositions aux couleurs vibrantes – avec une appétence pour le rose, le rouge et le violet. Dans son portfolio, on trouve ainsi l’iconique Angèle, des sorcières ou une ribambelle de dames épiques fendant les airs sur leur skateboard. Ces filles de toutes cultures et morphologies sont magnifiées à travers des aplats qui (comme elles) ne manquent jamais de relief. « J’utilise souvent une légère texture poudrée, comme si on soufflait de la peinture sur les images, ça me permet d’offrir du volume à ces formes très plates », explique la native de Vannes, ellemême fille d’illustratrice – « eh oui, les chiens ne font pas des chats ! » Inspirée par le graphisme épuré de la Française Malika Favre (qui faisait la “une” de LM il y a pile 10 ans) ou par le psychédélisme rétro de l’Américain Milton Glaser, Clémence Gouy avoue aussi un penchant pour l’astrologie, et surtout la mythologie. « Je suis un peu une “nerd” dans ce domaine », s’amuse l’intéressée, qui cite aussi bien Lilith, soit la première femme d’Adam « bannie du jardin d’Éden car trop indépendante », que la Gorgone Méduse, capable de pétrifier les hommes en un regard – à ce propos, ne fixez pas trop longtemps notre couverture…

A LIRE ICI / L’INTERVIEW DE L’ARTISTE

Julien Damien
Articles similaires
Dreamscapes © Tom Nulens