Home Exposition Yung Lenox

Dessine-moi un rappeur

A l’âge où la plupart des enfants apprennent à colorier sans déborder, Yung Lenox dessine, expose et vend des portraits de rappeurs US. Ghostface Killah, Chief Keef, Ice Cube, Ol’ Dirty Bastard, J-Dilla… Ils y passent tous ! D’un trait de feutre, le petit prodige couche les grands noms du hip-hop sur papier.

Tout avait pourtant commencé par une blague. Celle du père du jeune Lenox, quand celui-ci lui présente fièrement un énième dessin de super-héros. à court d’inspiration, Yung demande conseil à son papa, Skip Grass, qui lui répond, goguenard : « Gucci Mane ». Challenge accepted. Le petit dessinateur n’a alors que cinq ans et est loin de se douter que son portrait du rappeur aux chaînes en or terminera exposé à NYC durant la Frieze Week. Evénement auquel il ne pourra pas assister. Ben oui, le lendemain, il y avait école !

« Live Fast, Draw Yung »
Yung a aujourd’hui 9 ans. Le gamin de Seattle (ville dont la scène hip-hop est plutôt discrète) a croqué, sans avoir l’air d’y toucher, plus d’une cinquantaine de rappeurs et autant de pochettes d’albums. La majorité de ces œuvres a été exhibée dans la célèbre Gallery 1988 West, à Los Angeles, en 2013. Action Bronson, E40 ou même le grand Raekwon ont tenu à rencontrer en personne celui qui collaborera bientôt avec la marque de prêt-à-porter Coke Magic. Présenté en avril au très select Tribeca Film Festival, puis au Festival International du Film de Melbourne, le documentaire « Live Fast, Draw Yung » de Stacey Lee et Anthony Mathilde, rend hommage au jeune portraitiste – le plus prolifique du Nord-Ouest des états-Unis. Une soudaine notoriété qui l’intéresse bien moins que ses jeux vidéo et ses parties de foot entre copains.

Sonia Abassi
Articles similaires
En 2018, le SolarStratos réussit le premier vol stratosphérique à l'énergie solaire ! © Creatorz Deitz