Home Exposition Post-Graffiti

L'âge mûr

Graphic Surgery, untitled © DR

Graffiti. D’emblée, quelques images fortes : bombes de peinture, rames de métro, mégalopoles de type New York, Paris ou Berlin. Il est vrai qu’on ne pense pas immédiatement à l’axe Lille-Reims. Or, ces deux villes accueillent l’exposition Post-Graffiti. Un accrochage en forme d’introduction exigeante aux nouvelles formes d’arts picturaux.

À l’entrée, une oeuvre massive, clinique et épurée de CT, toute en lignes droites, courbes soignées et couleurs qui claquent. à côté, les collages géométriques de Graphic Surgery se rapprochent du constructivisme. Béat et béotien, on cherche un lien avec le graffiti, aussi post- soit-il. « Le graffiti est illégal, considéré comme du vandalisme, explique le commissaire d’exposition Stéphane Bruneau. Or, les artistes présents ici viennent souvent du graffiti, mais travaillent également en atelier ». Ils balaient l’éventail des techniques : collage, aérosol, peinture à l’huile, photo, sculpture… Le parti-pris muséal de cet accrochage permet à chacun de découvrir le travail d’artistes mythiques (Jonone, TANC, JR…) ou méconnus du grand public. On admire les élucubrations narratives d’Alexöne ou le travail calligraphique de L’Atlas, héritier des écritures coufiques. En revanche, le lettrage mal léché d’Horfée laisse perplexe. Question de goût. Parmi la petite cinquantaine d’œuvres exposées, une belle place est laissée aux signatures émergentes venues de Brest, de Grenoble ou de Montréal. Manière de prouver que le post-graffiti recouvre autant d’esthétiques que de générations, et s’inscrit durablement dans l’histoire de l’art.

Thibaut Allemand
Informations
Lille, maison Folie Moulins

Site internet : http://www.mfmoulins.mairie-lille.fr

>10.06.2012gratuit
Articles similaires