Home Exposition Kitagawa Utamaro

Beauté Fragile

Mère et enfant © Moriya Jihei, Les douze heures des

L’un des premiers artistes japonais à avoir influencé les Occidentaux – impressionnistes et Art Nouveau en tête –, Kitagawa Utamaro est le grand maître du portrait féminin au XVIIIe siècle. Le Pavillon japonais des Musées d’Extrême Orient expose une soixantaine de ses œuvres.

Edmond de Goncourt, qui « lança » Utamaro en occident, décrit ses estampes comme « un transport de la cervelle au milieu d’êtres aux habitudes d’esprit, aux histoires d’une autre planète ». Pour Nathalie Vandeperre, des Musées d’Extrême-Orient, Utamaro « offre l’introduction rêvée à la culture japonaise classique. Un bonheur pour le regard ». Rarement sortis des réserves, les Utamaro des collections royales de Belgique figurent parmi les plus beaux au monde. « Les éditeurs japonais s’adressent à nous, car nos épreuves sont exceptionnellement fraîches » assure la conservatrice. Dans une scénographie épurée, les estampes semblent flotter dans la pénombre. Belle idée pour ces portraits du « monde flottant » (Ukiyo-e), le quartier de plaisir de la ville d’Edo (Tokyo). « La représentation des prostituées de luxe, stars de l’époque, était un genre populaire, l’équivalent des magazines people », explique Nathalie Vandeperre, « Utamaro lui a donné ses lettres de noblesse en montrant ces femmes dans leur intimité, avec beaucoup de sensibilité ». C’est peu dire. La grâce du trait, le chatoiement des encres sur les fonds saupoudrés de nacre laissent rêveur pour longtemps.

Antoine Pecquet
Informations
Bruxelles, Musée d'Extrême-Orient

Site internet : http://www.kmkg-mrah.be/fr/bienvenue-aux-mus%C3%A9es-dextr%C3%AAme-orient

>27.05.20084/1.50€+32 (0)2 268 16 08
Articles similaires
Animal (186), 2011 © Elliot Ross

Auguste Rodin, Grosse Femme accroupie à masque d’Iris, vers 1910
Bronze, fonte Alexis Rudier, 1911 © Londres, Victoria and Albert Museum