Home Exposition Together !

Ligne de partage

Wohnpark alterlaa, Vienne, Harry Gluck et Al, 1973-85 (c) Simon Van Hal

Pénurie d’espace, explosion démographique, vieillissement de la population, isolement, crise écologique… Depuis quelques années, l’habitat communautaire apparaît comme une solution face à ces défis. Pour autant, sommes-nous prêts à changer notre façon de vivre ? Telle est la question posée par le Centre d’innovation et de design.

Certes tendance, le concept d’habitat partagé n’est pas en soi une nouveauté. « C’est le propre de l’être humain de se regrouper », souligne Marie Pok, la directrice du CID. Sans remonter à la Préhistoire, Together ! dresse un panorama des projets communautaires initiés à travers le temps. Le parcours débute par un rappel historique d’utopies concrétisées dès le XIXe siècle. Celles-ci furent lancées par des entrepreneurs aux visions socialistes, pour offrir de meilleures conditions de vie aux ouvriers (tel Godin et son Familistère de Guise) ou les asservir (les corons). Citons aussi les hygiénistes ou, bien sûr, les hippies. Que reste-t-il de ces idéaux ? Pas grand-chose. La plupart s’est fracassée sur l’autel de Apartments with a small restaurant, Tokio, 2014, Naka architects studio (c) naka architects studiol’individualisme ou des réalités économiques – autrement dit, l’ultralibéralisme. Quitte à contredire un ex-président français, non, tout n’est pas toujours possible ensemble…

Table ouverte

Pour autant, des leçons ont été tirées de ces échecs. La seconde partie de l’exposition dévoile ainsi 21 maquettes de projets contemporains, de Los Angeles à Tokyo en passant par Berlin. Tous conçus à la même échelle, ces modèles réduits sont présentés dans une grande ville imaginaire. Sans doute pas mauvais à Tetris, ces architectes rivalisent d’ingéniosité pour optimiser les surfaces, cherchant l’équilibre entre l’individuel et le collectif, vie privée ou commune (toits potagers, bibliothèques coopératives…). A l’image de cette maison imaginée par Naruse-Inokuma, à Nagoya. « Ici, toutes les surfaces sont utilisées, les chambres sont reliées par un réseau d’escaliers qui devient un espace de rencontres et de vie à part entière ». Au Japon toujous, citons encore cette construction du studio Naka, qui a bâti à Tokyo un immeuble de cinq appartements tous reliés à un restaurant… faisant office de cuisine commune. Accompagné par un chef, chaque résident peut mettre la main à la pâte, nourrissant les voisins et les échanges sociaux.

Tous ensemble !

Sommes-nous toutefois prêts à remettre en cause nos modes de vie ? Passer du “chez-soi” au “cheznous” ? « Il faudra peut-être revoir ses exigences personnelles à la baisse… ». Pour donner une idée, la troisième section nous convie dans un cluster à taille réelle. Cette scénographie lt-josai-nagoya-naruse-inokuma-architectscmasao-nishikawareproduit un appartement de quatre logements privatifs organisés autour d’un vaste espace commun (de 20 à 40 m2 chacun). Le scénario fait cohabiter une vieille dame, une célibataire avec enfant, un étudiant… pour un loyer modéré, dans un quartier huppé de Bruxelles. Remettant au centre de notre quotidien les valeurs de solidarité et de partage. Une introduction idéale à la prochaine exposition du CID, en juillet, baptisée  Halte à la croissance !  

 

À LIRE ÉGALEMENT :

L’INTERVIEW DES GRANDS VOISINS

L’ARTICLE SUR HABITARIUM

L’ARTICLE SUR YES WE CAMP

L’ARTICLE SUR TRECK HOSTEL

Julien Damien
Informations
Hornu, CID, Centre d'innovation et de design au Grand-Hornu
>01.07.2018mar > dim : 10 h > 18 h, 8 > 2 € / gratuit (-6 ans)
Articles similaires
Photographie réalisée pour-le-roman-photo Il Giorno-dell’odio-(Le Jourde la haine)-publié dans Bolero-film,1962-1963