Hors des sentiers battus

Depuis dix ans, la maison d’édition lilloise La Contre Allée recueille une parole libre. Elle comble des lecteurs ouverts et curieux. Sous forme d’essais, de romans ou de poèmes, ces textes se placent au carrefour de la littérature et de la société. Retour sur une épopée collective avec son co-fondateur, Benoît Verhille.

A l’origine musicien et compositeur touche-à-tout, Benoît Verhille n’est plus à une expérience près. En 2008, il se rend à l’évidence : « Le point commun de tous mes projets, théâtraux ou musicaux, ça a toujours été le texte. Je lui réservais une place centrale ». L’idée de fonder une maison d’édition s’est donc imposée. Le nom fait référence à la chanson Aucun Express d’Alain Bashung, car « choisir la contre-allée, c’est prendre son temps, délaisser l’autoroute et aller voir ce qui se passe sur les chemins de traverse ». Locale ou cosmopolite, place est ici faite à une littérature qui a « les deux pieds dans notre monde, posant un regard critique et poétique ». Dans le catalogue de La Contre Allée, les romans engagés de Sara Rosenberg dénonçant la dictature argentine (Un Fil rouge et Contre-jour) voisinent par exemple avec des entretiens du juge sicilien anti-mafia Roberto Scarpinato (Le Dernier des juges et Le Retour du prince). On repère aussi un recueil de poèmes féministes et surréalistes de l’artiste bipolaire Princesse Inca (La Femme-précipice), ou encore le récent Elisée, avec les ruisseaux et les montagnes, biographie réinventée du géographe anarchiste Elisée Reclus par Thomas Giraud.

Littérature de proximité

Amandine Dhée © Eric Le BrunDix livres sont publiés chaque année, et accompagnés par une équipe de trois salariés à plein temps et de nombreux collaborateurs (graphistes, correcteurs, traducteurs…). « Un premier tirage chez nous, c’est 1 000 exemplaires. Pas de quoi rivaliser avec les grandes maisons ! Notre défi consiste plutôt à entretenir un rapport de proximité entre le texte et son public ». Lecturesconcerts, webdocs, livres audio : la multiplication des formats favorise la rencontre. Amandine Dhée, découverte lors d’une scène slam lilloise, est emblématique de ces fructueuses complicités avec six ouvrages au compteur, marqués par son regard incisif sur le quotidien. Son dernier roman sur la maternité, le sensible et décapant La Femme brouillon, vient d’obtenir le prix “Hors Concours” et amorce un quatrième tirage… Un record et une fierté partagée stimulant la santé de la maison !

Associatif et résolument indépendant, le projet de La Contre Allée reste toutefois fragile. Pour consolider son utopie et renouveler le désir, elle travaille en réseau (l’association des libraires indépendants est un précieux soutien), soigne ses productions sur le plan graphique et multiplie les pas de côté. Citons par exemple “D’un pays l’autre”, organisant chaque année des rencontres avec des traducteurs, ces indispensables « travailleurs de l’ombre ». De quoi cheminer encore longtemps !

Sarah Elghazi

A paraître / Assommons les poètes ! de Sophie G. Lucas, 160 p., 10 €

A écouter / Lecture musicale de La Femme brouillon d’Amandine Dhée : Calais, 09.03, Librairie du Channel (dans le cadre des Flâneries sonores), gratuit

Articles similaires