Home Best of Chroniques Michael McDowell

Katie

(Monsieur Toussaint Louverture)

Encensé par Stephen King, Michael McDowell (1950-1999) fut l’un des écrivains les plus lus aux États-Unis à la fin du xxe siècle. De ce côté-ci de l’Atlantique, on a découvert cet auteur de très bonne littérature populaire (et par ailleurs créateur de Beetlejuice) l’an passé, grâce à la parution des six tomes de la saga surnaturelle Blackwater. Après Les Aiguilles d’or, les éditions Monsieur Toussaint Louverture poursuivent l’exploration de cette œuvre immensément riche, dont la qualité principale est aussi simple que noble : satisfaire le plaisir de lecture. En cela, cet excellent Katie ne déroge pas à la règle. Quelque part entre le roman victorien et l’horreur, le livre nous embarque à travers l’Amérique du xixe siècle. Il met en scène une jeune femme pauvre aux prises avec une famille de tueurs en série, dont la cruelle Katie, douée du pouvoir de lire l’avenir… Hommage aux “penny dreadfuls” (du frisson pour pas cher), ce récit demeure un implacable page-turner. Découpé en courts chapitres, écrit dans un style clair, il foisonne d’images et de rebondissements. Ou, dit autrement, de “cliffhangers”, pour emprunter au langage des séries, auquel McDowell avait déjà tout compris.

Julien Damien

480 p., 12,90 €

Articles similaires

En 2018, le SolarStratos réussit le premier vol stratosphérique à l'énergie solaire ! © Creatorz Deitz