Home Best of Chroniques Madame Hofmann

À cœur ouvert

Marseille, un matin de 2022. Plans larges sur les rues vides. Le monde se déconfine lentement. Traversant la ville  déserte, Sylvie Hofmann est sur la route. Direction l’Hôpital Nord, au service d’oncologie. Comme une montée au front. L’une des dernières : après 40 ans de service, il est temps pour cette cadre infirmière de partir en retraite. Mais en a-t-elle vraiment envie ?

 

Dixième documentaire de Sébastien Lifshitz, après les remarqués Petite fille et Les Invisibles, Madame Hofmann confirme la sensibilité (et le talent) du réalisateur pour les thématiques sociales. « J’ai l’impression d’avoir eu mille vies », confie d’emblée son héroïne. Et pour cause : à l’hôpital public, les infirmières tiennent en moyenne sept ans. Après quatre décennies d’exercice dans l’un des services les plus difficiles, Sylvie Hofmann fait figure de doyenne et multiplie les casquettes, sans jamais se départir de sa bonne humeur. Mais la voilà devant un choix cornélien : partir ou rester ? Car derrière son sourire et son engagement, la carapace se fissure, entre l’épuisement, une vie de famille éprouvante (sa mère affronte un quatrième cancer) et un hôpital public au bord de l’effondrement. Comment se recentrer sur soi quand on a dédié sa vie aux autres ? Et puis, face à une logique comptable impitoyable, qu’en est-il de l’humain ? Telles sont les questions centrales de ce film.

Objectif lutte

Face caméra ou sur ses talons, on suit Sylvie Hofmann pendant un an, dans un quotidien effréné où la vie et la mort se côtoient sans cesse. De plus, la soignante doit se battre pour conserver ses effectifs, redirigés vers d’autres services… Si le documentaire dresse un constat alarmant de notre système de santé, il est aussi question de joie et de résilience. À travers des scènes de conversation, Sylvie, sa mère et ses collègues font preuve d’une désarmante vulnérabilité. De fait, elles ne sont pas habituées aux caméras. Pour tous les protagonistes l’avenir semble bien incertain, mais on a des raisons d’espérer. Sébastien Lifshitz signe un portrait de femme(s) doux-amer, aux allures de conte moderne, dont on ne ressort pas indemne.


Clémence Ménart / Photo : ©AGAT FILMS - ARTE France - 2023

Documentaire de Sébastien Lifshitz. Sortie le 10.04


Articles similaires