Home Best of Chroniques Khruangbin

A La Sala

(Dead Oceans)

Depuis une grosse dizaine d’années, Khruangbin (avion, en thaïlandais) aligne les albums studio et d’innombrables captations live. Le trio texan a séduit, entre autres, Toro Y Moi, Leon Bridges ou Vieux Farka Touré, au point d’engendrer de fructueuses collaborations. A La Sala aurait forcément tapé dans l’oreille du regretté Jean-François Bizot. Pour cause, c’est un véritable précipité de la “grande sono mondiale”, où se croisent influences soul américaines, effluves de musiques iraniennes, guitares maliennes et, disent-ils, funk thaïlandais – on l’avoue, on n’y connaît que pouic, mais on leur fait confiance. Cette scène méconnue bénéficiera-t-elle de la même “hype” que la redécouverte du rock anatolien ? Avec de tels ambassadeurs, c’est possible.

Thibaut Allemand
Articles similaires

En 2018, le SolarStratos réussit le premier vol stratosphérique à l'énergie solaire ! © Creatorz Deitz