Home Festivals Les Paradis Artificiels

French Connection

L’an dernier, ce festival initié par À Gauche de la Lune entamait sa mue. D’abord, il s’établissait dans un lieu unique, la Halle de Glisse à Lille, soit un skatepark de 2 000 mètres carrés. Surtout, il affichait une nouvelle ligne artistique : du rap, du rap et rien que du rap ! Le genre est ici décliné sous toutes ses acceptations, entre trap, drill, boom-bap ou jersey… L’affiche est un savant mélange de figures établies et montantes, et compte pas mal de Lillois. État des lieux.

Benjamin Epps

Benjamin Epps serait-il « le meilleur rappeur de France », comme il le clamait en 2020 ? Peut-être bien. Ce Gabonais s’est construit un avenir en regardant vers le passé. Là où la plupart de ses contemporains marmonnent sur des productions trap ou drill, lui compte sur un boom-bap à l’ancienne, quelque part entre le Wu-Tang Clan et MC Solaar – pour les textes ciselés. On parle ici d’un son rêche, lardé d’egotrip et de punchlines frondeuses, qui racontent la vie comme elle va. « Tout le monde semble heureux sur le net, le métro dit le contraire », lâche-t-il par exemple dans La Grande désillusion, premier album paru en avril et empli de promesses…

>> Halle de Glisse, 03.06


Sto

Figure montante d’une scène lilloise décidément emballante (Ben PLG, Bekar, Zkr), Sto fut bercé par de nombreuses influences, entre la French Touch écoutée par ses parents, le reggae de ses oncles et le rap de son quartier. Mais c’est l’avènement de la jersey qui le fit connaître. Soit un son destiné aux clubs, cocktail de BPM rapides, de basses lourdes et de samples hiphop, R&B et electro. En somme, « la house du ghetto », comme il nomme lui-même ce courant où il fait des étincelles – en témoigne son premier album, Time Out (Vol.1).

>> Halle de Glisse, 02.06


Dinos

Né au Cameroun, grandi à La Courneuve, Dinos s’inscrit dans la grande tradition du rap à texte, jusqu’à s’autoproclamer « le nouveau Solaar ». Pour la modestie, on repassera. Par contre, les amoureux du beau verbe posé sur des prods boom-bap épurées sont au bon endroit. Car, non, ce n’est pas tous les jours qu’on entend un rappeur s’inspirer de Raymond Devos pour accoucher de punchlines futées, du genre : « rien plus rien plus rien multiplié par trois, ça fait rien de neuf ». Koba LaD, si tu nous lis…

>> Halle de Glisse, 02.06


Rounhaa

Né à Lille, désormais installé en Suisse, Rounhaa s’est imposé comme un héraut du rap dit “new wave”, c’est-à-dire nourri d’electro et de recherches sonores distordues. Inspiré par Tyler, The Creator, Laylow et Makala, Haarone Latif (pour l’état civil) pose sa voix autonée et ses textes mélancoliques sur de lourdes basses entêtantes, à l’image du morceau Music Sounds Better With You. Une référence à Stardust… et une réponse toute trouvée à ses parents, qui lui interdirent d’écouter de la musique jusqu’à l’âge de 12 ans !

>> Halle de Glisse, 03.06

Julien Damien & Simon Prouvost // Photo : Benjamin Epps © Rémy Bourdeau
Informations
Lille, Halle de Glisse
02.06.2023>03.06.2023ven : 16h • sam : 14h, , 1 jour: 60/55€ • 2 jours : 79/75€, lesparadisartificiels.fr

Sélection / 02.06 : Dinos, Kerchak, Bekar, Chilla, Bushi, Winnterzuko, Sto, H Jeunecrack, Juste Shani // 03.06 : PLK, Zkr, Doums, Meryl, Khali, Benjamin Epps, J9ueve, Rounhaa, Luther, Babysolo33, Brö…

Articles similaires