Home Best of Joakim

Samurai

Because Music

Érudit et touche-à-tout, Joakim a connu ses premiers émois au son des musiques contemporaines et autres recherches free jazz (en témoigne son premier LP, paru sous l’alias Joakim Lone Octet). D’où, peut-être, cette volonté de toujours faire table rase du passé – comme le prouve ce sixième essai nimbé de field recordings et capable du meilleur (l’ouverture In The Beginning, l’évidence d’Exile et Not Because You’re Sad) comme du, hum, un peu moins bien (le sax dégoulinant de Late Night New City). Entouré de synthétiseurs antiques, le grand escogriffe renoue avec les ambiances kosmische d’Harmonia (Green Echo Mecha), et emmène Ryuichi Sakamoto dans le Spacelab de Kraftwerk (Mind Bent). Inégal, pas facile, mais ô combien stimulant !

Thibaut Allemand
Articles similaires