Home Best of Clark

Death Peak

Warp / Rough Trade

Seize ans que Clark rôde dans les parages. Déjà ? Déjà. Bien sûr, le succès ne fut pas immédiatement au rendez-vous, mais on se souvient de l’impact provoqué coup sur coup par les albums Turning Dragon (2008) et Totems Flare (2009). Aphex Twin parti ailleurs et Mike Paradinas (alias μ-Ziq) se faisant discret, l’Anglais était intronisé illico nouveau héraut de l’IDM. La belle affaire ! Ce stakhanoviste n’en avait cure, s’enticha de guitares et livrait l’indigeste Iradelphic (2012) qui en laissa paradoxalement plus d’un sur sa faim. Cinq ans et deux albums dignes plus tard, le natif de St Albans revient en très grande forme. Utilisant des voix samplées et redécoupées, du simple souffle à la chorale d’enfant, le trentenaire joue également avec les ambiances, de la planante Peak Magnetic à la paranoïaque Hoova, maltraitant les dancefloors masochistes (Slap Drones, Butterfly Prowler). Non, Death Peak ne réinvente pas l’IDM (quelle triste étiquette, tout de même), mais joue avec ses codes et varie sons et instruments, dans une approche plus pop et accessible que celle de Daniel Lopatin, au hasard. Un sans faute. Et une ravissante surprise.

Thibaut Allemand
Articles similaires