Home Littérature Pénélope Bagieu

©Manuel Braun

Parmi les jeunes pousses de la BD, on ne peut pas manquer Pénélope Bagieu. Ses albums lui ont valu jusqu’à la reconnaissance du ministère de la Culture, qui la fit Chevalier des Arts et des Lettres en 2013.

Comme Marion Montaigne, elle s’est fait connaître par son blog, Ma vie est tout à fait fascinante, suivi par 60 000 visiteurs par jour. Celui-ci a donné lieu à un premier album éponyme chez Delcourt puis d’autres qui ont constitué la série Joséphine, vendue à 300 000 exemplaires. Agnès Obadia adapta le premier volume au cinéma en 2013 et le deuxième film est sorti en février – toujours avec Marilou Berry. Abusivement réduit à l’adjectif « girly », son style est singulier. Un dessin net, des couleurs vives et un décor minimal. Ses premières histoires retraçaient sous forme de petites saynètes la vie d’une jeune femme entre amour, shopping, discussions entre copines… Pour autant, Pénélope ne supporte pas qu’on la réduise à son genre. « Le jour où l’on arrêtera de me demander ce que ça fait d’être une femme dans le milieu de la BD, je pense qu’on aura gagné quelque chose », dit-elle. D’ailleurs elle s’inspire désormais de figures de femmes qui se sont émancipées. Ainsi dans son dernier album, California Dreamin’, elle retrace sous forme romancée la vie de la rebelle Ellen Cohen, alias Cass Elliot, chanteuse de The Mamas & the Papas. Elle délaisse ici la palette graphique pour le crayon à papier. Dévoilant une autre facette de son talent.

A LIRE AUSSI : CES DRÔLES DE DAMES

François Annycke
©gallimard

©gallimard

A Lire / California Dreamin’, Gallimard-BD, 276p., 24€ Ma vie est tout à fait fascinante, Delcourt, 96p., 15,50€ //Joséphine l’intégrale, Delcourt, 192p., 35€

A visiter / penelope-jolicoeur.com // lesculottees.blog.lemonde.fr

 

Articles similaires