Home Best of Interview Le Grand Bleu

Interview de Grégory Vandaële

Abrakadubra © Philippe Cibille

C’est un lieu singulier dans le monde du spectacle vivant du Nord de la France. Installé aux Bois-Blancs, à Lille, depuis près de 30 ans, le Grand Bleu est un théâtre estampillé « pour l’enfance et la jeunesse ». Une référence tant pour les compagnies que pour le public. Grégory Vandaële, directeur depuis 2015, dresse un panorama de cette création « jeune public ».

Qu’est-ce que le théâtre apporte aux enfants et aux adolescents ?
Il leur apprend à grandir. C’est émouvant de voir des jeunes gens réagir devant un spectacle, développer leur regard critique. Je crois en des spectacles porteurs à la fois de sens et de plaisir. La musique, le cirque, le théâtre d’objets, enrichissent notre imaginaire sans passer par l’image, c’est-à-dire l’écran. C’est d’autant plus important aujourd’hui.

Sur scène, certains sujets sont-ils encore tabous ?
Aujourd’hui toutes les problématiques sont abordées pourvu qu’elles sonnent juste. Les spectacles doivent refléter la complexité du monde, tout en étant inventifs. On ne vit pas entourés de fées et de princes… Il faut encourager les jeunes gens à réfléchir, sans perdre l’aspect ludique.

Grâce à quels types de pièces ?
En janvier dernier, nous avons programmé Le Bruit des os qui craquent, qui met en scène deux enfants soldats. C’était au moment des attentats à Paris. à cette occasion le public et l’équipe artistique se sont interrogés sur le parcours des ces jeunes assassins. Ces échanges sont indispensables lorsqu’un spectacle illustre des faits d’actualité graves.

Quel regard le « théâtre pour adultes » pose-t-il sur le jeune public ?
Les metteurs en scène les plus réputés s’y mettent : comme Joël Pommerat, qui a créé entre autres Cendrillon et Pinocchio. Cette année, nous accueillons Simon la gadouille, la première création « jeunesse » du Nordiste Arnaud Anckaert. Ces allers-retours sont importants. De nombreuses scènes ont accompagné ce mouvement, à l’image du Théâtre du Nord, du Prato ou de l’Opéra à Lille, qui proposent régulièrement du théâtre jeune public. Hélas, les scènes et les centres dramatiques nationaux s’engagent encore trop peu. La profession reste fragile économiquement.

Qu’en est-il de l’implication des enfants ?
J’aimerais qu’on échange plus avec eux. On organise souvent des débats sur le jeune public, mais en son absence ! Alors, pourquoi pas, un jour faire entrer les enfants dans la gouvernance du Grand Bleu…

Comment se porte la création jeune public dans la région ?
Elle est de plus en plus créative et ouverte. Mais a du mal à s’exporter. On peut être un grand artiste, sans savoir comment vendre ses spectacles. C’est pourquoi des lieux comme le Grand Bleu méritent d’exister : on permet aux équipes d’identifier un réseau et on les conseille. Dans la région, la profession est organisée au sein d’un collectif depuis une dizaine d’années. On réfléchit maintenant à une coopérative de production de spectacles.

Quel est votre projet pour Le Grand Bleu ?
Je souhaite que l’on s’adresse aux nouvelles générations : la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ainsi qu’aux jeunes parents et grands-parents avec leurs petits-enfants… Nos spectacles s’adressent à tous. Même si, évidemment, on ne montre pas tout à des enfants de trois ans. Ce lieu ouvert aux familles doit aussi refléter la création contemporaine jeune public. On défend des pièces imaginatives, désinvoltes, engagées. Comme cette création anversoise que nous accueillons cette saison, Het Hamiltoncomplex, interprétée par 13 jeunes filles de 13 ans. Un travail d’une humanité terrible, qui mêle chants, danse et théâtre.

Propos recueillis par Madeleine Bourgois / Photo Abrakadubra © Philippe Cibille / Het Hamiltoncomplex © Fred Debrock

Programme :

  • Jusqu’au 03.10 : Comment moi-je (Cie Tourneboulé)
  • 06>08.10 : Couac (Cie Succursale 101)
  • 23>24.10 : Dark Circus (Cie Stereoptik)
  • 05>07.11 : VHS (Cie Tantôt)
  • 10>14.11 : Simon la Gadouille (Théâtre du Prisme)
  • 10>12.11 : Comment va le monde ? (Théâtre du Prisme)
  • 18>21.11 : Cosmos 110 (Cie l’Organisation)
  • 26>28.11 : Het Hamiltoncomplex (Hetpaleis)
  • 02>05.12 : Les Misérables (Cie Les Karyatides)
  • 08>12.12 : A quoi ça sert un livre ? (Cie Par-Dessus Bord)
  • 16>19.12 : Inuk (Cie l’Unijambiste)
  • 21>23.12 : Quand je serai petit (Cie Illimitée)…
  •  12<16.01.2016 : Abrakadubra (Cie Voix Off)

Le Grand Bleu, 36 avenue Marx Dormoy, Lille, 13>6€, +33 (0)3 20 09 88 44, www.legrandbleu.com

Articles similaires
(c) Cobie

(c)Simon Gosselin