Home News SuperDupont

De Retour de Nouillorque

SuperDupont, par François Boucq

« Sus à la vermine étrangère ! », qu’il disait. Haut les cœurs : le parangon de nos valeurs franchouillardes, SuperDupont, fêtera sa résurrection entre les mains du français François Boucq, 58 ans.

 

Il y a un peu plus de quarante ans naissait l’indigne fils du Soldat Inconnu. Patriote au service du camembert et du béret, il luttait pour la France, en marcel et charentaises. Personnage chéri de Gotlib, il passera par les pages de Pilote et Fluide Glacial, évidemment. Le dessinateur Alexis, comparse de Gotlib parti en 1977, fut un autre artisan de la renommée de « SD ». Une référence avouée de François Boucq : « A l’époque, je collaborais à Fluide Glacial. Gotlib m’a alors proposé de reprendre SuperDupont, mon dessin étant assez proche de celui d’Alexis ». C’est finalement Jacques Solé qui reprendra le flambeau.
Bien des années plus tard, c’est pour de bon, cette fois, qu’échoit au bédéaste lillois la suite des aventures de SuperDupont. Plusieurs tomes sont à prévoir, le premier dès la fin de l’année. On partira notamment à la rencontre du fils de Dupont : quid de la mère, alors ? Bigue suspense…
Visuellement, le pavé est tenu bien haut par le créateur de la Dérisoire Effervescence des Comprimés (1991). Le dessin, réaliste, déborde volontiers des cases. Sans oublier la dérision caustique qui avait rendu célèbre le personnage dès les premières planches.
Bref, contre l’Anti-France, « Oui nide » Boucq. Espérons que le héros, lui, reconnaitra son pays après toutes ces années de sommeil…

Articles similaires
© DR

© Mosart