Home Best of Interview Domagoj Sokcevic

Arrêt sur image

Portofino - 2021 (c) Domagoj Šokčević

Agé de seulement 23 ans, Domagoj Šokčević est déjà un illustrateur très couru – il a collaboré, entre autres, avec le magazine Forbes, les éditions Actes Sud ou même… Stella Artois. Il faut dire que son style ne passe pas inaperçu. Cet artiste croate a en effet développé une palette de couleurs caractéristique et des cadrages très cinématographiques, offrant à ses compositions une atmosphère délicieusement rétro. Il nous explique pourquoi.

Pouvez-vous nous rappeler votre parcours ? Mon grand-père est peintre, et j’ai baigné dans l’art pratiquement toute ma vie. Ainsi, depuis mon enfance, je m’intéresse à de nombreuses disciplines, comme le dessin, la peinture, le numérique, la photographie, la vidéo…. Je suis diplômé d’une école des arts appliqués et du design, puis j’ai étudié le design textile avant finalement de choisir l’illustration. Probablement ma meilleure décision.

Comment définiriez-vous votre style ? Je dirais minimaliste, avec une légère touche de style Art Déco. Plus généralement, mon travail est empreint de mélancolie et de nostalgie.

Peut-on parler ici de “rétro” ? Oui, bien sûr. J’ai toujours eu quelque chose de vintage en moi, style justement propice à la mélancolie.

Vous utilisez une palette de couleurs très particulière. Comment l’avez-vous développée et qu’essayez-vous d’exprimer avec ces tons ? Durant mes études portant sur le design textile, j’ai développé ma propre palette de façon assez instinctive. En utilisant ces couleurs, je souligne certains détails importants dans mes illustrations, mais développe surtout un jeu entre l’ombre et la lumière, notamment au niveau des visages, car j’aime beaucoup les portraits.

Blue Vacation - 2021 (c) Domagoj Šokčević

Blue Vacation – 2021 (c) Domagoj Šokčević

Vos images affichent aussi un grain particulier, n’est-ce pas ? C’est vrai, j’ai même atténué un peu cet aspect granuleux ces derniers temps, pour seulement le réserver à certains éléments de l’image, comme les nuages en arrière-plan ou les ombres. Cette technique permet d’accentuer les détails tout en offrant une touche vintage à la composition.

S’agit-il d’exprimer des sentiments particuliers ? Vous savez, pendant mon parcours universitaire, j’ai mené une vie vraiment trépidante, jusqu’à oublier de petites scènes pourtant très importantes. Ainsi, avec mes illustrations, je raconte toujours une histoire et, d’une certaine manière, je “fige” certaines situations du quotidien que l’on pourrait ne pas remarquer, mais qui sont en fait très belles. Parfois, au cours de notre existence, nous devrions nous arrêter pour mieux apprécier ces moments fugaces, comme les personnes qui nous entourent.

Vos cadrages sont aussi très spécifiques. Comment les choisissez-vous ? En tant qu’amateur de photographie et de vidéo, je cherche des angles très cinématographiques afin que mes illustrations ressemblent à certaines scènes de film.

Is He the One - 2022 (c) Domagoj Šokčević

Is He the One – 2022 (c) Domagoj Šokčević

Plus généralement, comment trouvez-vous l’inspiration ? Je suis conscient que c’est un cliché, mais je la trouve dans la vie de tous les jours, les petites situations anodines et les gens autour de moi. Au fil du temps, j’ai réalisé que je n’avais pas vraiment besoin d’inventer quelque chose de nouveau, le quotidien reste ma plus grande source d’inspiration.

Parmi cette sélection, quelles seraient vos images favorites ? Il m’est vraiment difficile de choisir, car chaque illustration a une signification particulière pour moi ou une histoire que je suis le seul à connaître. Je les aime toutes !

Articles similaires
Goldorak © 2017 Gō Nagai, Dynamic Planning Bajram – Cossu – Dorison – Guillo – Sentenac – Kana (Dargaud-Lombard s.a.)