Festin tragique

© Jean-Louis Fernandez

Sa mise en scène monde de la trilogie Henry VI de Shakespeare (18 heures de spectacle) a propulsé Thomas Jolly dans le petit cercle des “stars” du théâtre. Elle lui confère aussi une légitimité pour les projets hors normes, comme ce Thyeste de Sénèque, tragédie vengeresse à l’incommensurable cruauté.

La Cour d’honneur du Palais des papes a frémi cet été. C’est désormais aux spectateurs du Théâtre du Nord d’affronter la monstruosité à l’état brut, telle qu’imaginée au Ier siècle par le dramaturge romain. Les jumeaux Atrée et Thyeste se disputent le trône de Mycènes. Afin de récupérer le bélier à la toison d’or dans les étables d’Atrée, condition imposée par Jupiter pour régner, Thyeste séduit la femme de son frère. Ce dernier, ivre de haine, s’empare des fils de Thyeste et les lui fait manger lors d’un sanglant banquet… Thomas Jolly l’explique en interview, il n’avait « jamais lu quelque chose d’aussi noir, désespéré, cruel ». Monter ce conte sur « la folie des hommes » relevait du défi. Deux sculptures colossales, une tête couchée et une main cherchant le ciel, encadrent le plateau, dont l’esthétique rappelle Game of Thrones. « Les séries ont beaucoup emprunté à Shakespeare, qui lui-même s’inspira de Sénèque », souligne le Rouennais, qui entre en scène dans l’habit d’or d’Atrée après un prologue grandiloquent. On le retrouve 2 h 30 plus tard en complet blanc, offrant vin et chair à son frère. Entre-temps, un chœur vibrant et une débauche d’effets lumineux et sonores auront propulsé ce Thyeste parmi les sensations théâtrales de l’année.

Marine Durand
Informations
Lille, Théâtre du Nord

Site internet : http://www.theatredunord.fr/

24.04.2019>28.04.2019mer & ven : 20 h, jeu : 19 h, dim : 16 h, 25>10€
Articles similaires