Home Musique Joe Unknown

La rage au ventre

© DR

Du spoken word revêche débité avec un accent cockney à couper au couteau. Des beats post-punk, un soupçon de drum’n’bass et de la méchanceté à revendre. Sleaford Mods ? Mieux : Joe Unknown. Soit un parfait inconnu qui ne devrait pas le rester longtemps.

Originaire de Glasgow, biberonné à la Motown et au punk par des parents mélomanes, notre lad à couettes s’est révélé il y a deux ans avec le morceau Ride. S’ouvrant avec la ligne de basse de Neat Neat Neat de The Damned, ces trois minutes de hargne pure condensent une certaine idée de la British Way of Life, avec ce qu’elle suppose d’énergie du désespoir et de sales coups. La sortie de son premier album en juin dernier, For Better, For Worse, confirmait qu’on n’avait pas affaire à un one-hit wonder, mais bien à la promesse d’un phénomène. Du genre fougueux, le phénomène.

Baston

Évidemment, le zeitgeist du millénaire y est pour beaucoup dans la dureté du bonhomme. Au cynisme de l’époque, Joe Unknown oppose une violence absurde et une ironie propre à la perfide Albion (“Images futuristes en accéléré sur ma Playstation 4. Tirer sur des enfants en ligne fait passer le temps mais ma copine déteste ça”, clame-t-il sur le précité Ride). Fan de The Streets comme de Joy Division, l’Écossais a surtout le chic pour balancer d’imparables bangers (citons Gang ou Silent) mais aussi des titres plus apaisés (Hennessy Brown) évoquant la douceur slamée d’une Kae Tempest. Lors de ses concerts en tout cas, Joe ne fait pas dans la demi-mesure. Adepte du mosh pit (ou “pogo”), il assène des “fuck” à tire-larigot et passe plus de temps à jouer des coudes dans le public que sur scène. Ça tombe bien, nous aussi on aime la bagarre.

Julien Damien / Photo : © DR
Concert(s)
JOE UNKNOWN
Anvers, Trix

Site internet : https://www.trixonline.be

03.02.2024 à 19h3017>13,50€
Articles similaires