Home Cinéma The Pod Generation

Bulle de vie

© Scope Pictures - YZE

Dans un monde où une assistante virtuelle vous cueille au saut du lit pour tester votre “intelligence intestinale”, la gestation est passée aussi du côté des machines. Sous ses allures de fable superficielle, The Pod Generation s’interroge avec nuance sur l’avenir fabriqué par le techno-capitalisme.

New York, dans un futur proche. Alvy et Rachel veulent un enfant. Mais comment ? L’entreprise Pegasus leur offre l’opportunité de rejoindre un programme novateur. Après une fécondation artificielle suivie en direct sur un écran de télévision par les parents, l’embryon est placé dans un œuf en plastique relié à une application – un “pod” – offrant au couple une gestation plus simple et paritaire. Alvy reste sceptique. Botaniste, il incarne un bon sens attaché à la terre et à la matière. À travers lui, le récit n’est pas loin de réduire des questions bioéthiques légitimes en peurs réactionnaires, dont l’issue serait un fantasme d’authenticité retrouvée. Mais The Pod Generation se révèle plus subtil, en imaginant ce qui advient lorsque les contraintes physiques et sociales de la maternité ne sont envisagées qu’à travers le filtre technico-capitaliste. La Française Sophie Barthes a surtout l’intelligence de donner une vraie consistance au “pod”. Objet de design à la douce couleur pastel, il suscite un attachement inattendu, ouvrant à un nouveau type de relation entre le père et le fœtus. Alvy finit en effet par nouer un lien plus intime que Rachel, qui en éprouve une certaine jalousie. Le film atteint alors une ambivalence remarquable

Raphaël Nieuwjaer / Photo : © Scope Pictures - YZE

De Sophie Barthes, avec Emilia Clarke, Chiwetel Ejiofor, Rosalie Craig, Vinette Robinson, Jean-Marc Barr… En salle


Articles similaires