Home Théâtre & Danse Peter Grimes

Chœur battant

Peter Grimes de Benjamin Britten © Vincent Pontet Opéra national de Paris

Peter Grimes de Benjamin Britten (1913-1976) complète le répertoire de l’Opéra national de Paris. Cette nouvelle production dirigée par la metteuse en scène Deborah Warner réunit de grands interprètes de la scène lyrique britannique. Rappelant certains faits divers contemporains, il est question d’un être complexe et solitaire, confronté à la haine et au rejet des habitants d’un port anglais. Modeste pêcheur, Peter Grimes est en effet accusé par la communauté d’avoir causé la mort de son apprenti… Après un passage par le Teatro Real de Madrid en 2021 puis le Covent Garden de Londres en 2022, voici l’occasion unique de découvrir cette œuvre fascinante en France.

Peter Grimes est le tout premier opéra du compositeur anglais Benjamin Britten. Il fut créé pendant la Seconde Guerre mondiale, mais Deborah Warner en propose une adaptation moderne, plaçant l’action dans une ville côtière de l’Angleterre frappée par le chômage, de nos jours. Les docks sont jonchés de caisses en plastique, de plots orange… Dès le prologue, Grimes (le ténor Allan Clayton) est cerné dans son sommeil par des gens brandissant une lampe de poche. Il est accusé d’avoir provoqué la mort de son apprenti en mer, lequel n’en finit plus de le hanter. L’homme se défend, appelle à la compassion et dénonce « le destin aveugle ». Mais contre la rumeur, la lutte reste vaine. Le texte de Montagu Slater est porté avec émotion par Clayton. Ses prouesses vocales et son sens mélodique traduisent la souffrance de ce personnage incompris, le marginal du village. L’allure imposante de ce colosse à la barbe épaisse (un physique d’ogre) contraste avec ses pas hésitants. Prompt à regagner la mer, Grimes espère devenir riche grâce à la pêche et épouser l’institutrice Ellen Orford (la soprano Maria Bengtsson). Tout en douceur, celle-ci le soutient de sa voix consolante. Le capitaine Balstrode, interprété par le célèbre baryton Simon Keenlyside, conseille à Grimes de quitter la ville. Une barque est suspendue au-dessus du plateau, telle une épée de Damoclès…

Le chant du paria

Dans le pub tapissé de papier-peint défraîchi, la foule se presse trempée par l’orage. Les effets musicaux liés aux ouvertures et fermetures de la porte sont d’ailleurs saisissants. Quand Peter Grimes arrive à son tour, la musique s’assombrit, le malaise est palpable. Lorsqu’il tente de se mêler à un chant, il en est aussitôt exclu… A l’arrivée d’un garçonnet, l’antipathique pasteur Bob Boles (John Graham-Hall) s’insurge du sort des orphelins vendus pour devenir des mousses. Grimes emporte l’enfant, son nouvel apprenti, car il lui faut beaucoup travailler pour atteindre son but, mais le sort s’acharne une fois encore… En dépit de sa noirceur, cette œuvre est parfois traversée d’humour grâce à l’ingéniosité la mise en scène et l’interprétation. Dans la lignée de Britten, Deborah Warner traduit l’impossible dialogue entre une communauté défavorisée et l’altérité incarnée par Peter Grimes, faisant plus que jamais vibrer la corde sensible.

Fatma Alilate / Photo : Peter Grimes de Benjamin Britten © Vincent Pontet, Opéra national de Paris
Informations
Paris, Palais Garnier
23.01.2023>24.02.202319h30 (dim : 14h30), 190 > 25€
Articles similaires