Home Théâtre & Danse Julien Gosselin : Filtre à particules

Il fallait un certain courage et pas mal de culot, sans doute, pour s’attaquer aux Particules Elémentaires, l’un des plus ambitieux romans
de Michel Houellebecq. Du haut de ses 26 ans, Julien Gosselin s’est lancé, remportant un succès presque unanime à Avignon. Il revient sur la genèse de son spectacle.

Lorsque paraît Les Particules Élémentaires (1998), Julien Gosselin a onze ans. Une mère institutrice, un père éducateur, le gamin d’Oye-Plage découvre le théâtre à l’adolescence, à Calais. Naissent alors quelques rêves, comme celui d’évoluer plus tard dans le monde de l’art et de « passer des soirées à boire des coups en parlant bouquins ». 2006, le jeune homme intègre l’EPSAD , l’école du Théâtre du Nord. Deux mises en scène remarquées plus tard (dont Tristesse animal noir de Anja Hilling) le voici propulsé « révélation de l’été » au dernier festival d’Avignon grâce à son adaptation du célèbre roman de Michel Houellebecq. Petit rappel, si vous aviez oublié l’histoire : on suit les trajectoires de Michel et Bruno, demi-frères nés d’une mère soixante-huitarde. Le premier, chercheur, n’éprouve aucun sentiment et ne vit que pour les sciences. Le second, humilié dans l’enfance, devient professeur et se perd dans une quête effrénée de sexe sous toutes ses formes. L’auteur y règle ses comptes avec Mai 68 et dresse le portrait d’une société enlisée dans une misère sexuelle et affective. La dernière partie du récit vire à la science-fiction apocalyptique.

Le grand saut
Si cet ouvrage, pressenti pour le Goncourt, a déjà été porté au théâtre et au cinéma en Allemagne, jamais un Français n’avait oser s’y attaquer. Julien Gosselin a découvert le roman vers,18 ans. En le relisant voici quelques années, pas d’hésitation : ce texte est fait pour les planches. « J’ai la maladie du metteur en scène, avoue-t-il. Quoi que je lise, je pense à l’adaptation. De toute façon, quand l’œuvre est assez forte, elle tient magiquement à la réduction. » Sans modifier le style ni toucher aux longues plages narratives, le metteur en scène choisit de concentrer sa version des Particules sur le parcours des deux frères. Une fois les scènes majeures sélectionnées, vient le temps des premières lectures. Le metteur en scène a réuni dix comédiens dont six sont d’anciens camarades de promo. Certains passages sont abrégés, d’autres modifiés. Les répétitions commencent sans que Julien soit certain que tout tienne la route. « J’étais tétanisé, se souvient-il. Créer une pièce au festival d’Avignon, c’est prendre un risque énorme. On était dans une opacité totale jusqu’à la dernière minute ».

Du théâtre et rien d’autre
Gosselin absorbe les quatre heures de son spectacle avec un plateau aéré,
manière de résoudre les changements de lieux et les sauts dans le temps. Les comédiens ne quittent jamais les planches. Sur scène, quelques fauteuils et tables, un écran vidéo et une guitare, aussi. Rien de plus naturel pour Julien Gosselin. « Les premiers spectacles que j’ai vus utilisaient la performance, la vidéo… J’ai toujours connu ça. Pour moi il n’y a pas lieu d’en discuter. Je ne cherche pas à démontrer quoi que ce soit. Je fais du théâtre, pas du théâtre vidéo ou performance ». Les scènes très courtes alternent avec de longs passages parlés. Julien lui-même se définit comme un zappeur, et s’amuse en manipulant ce rythme auquel nous sommes habitués. Il a formulé aujourd’hui un souhait : « que les moins de trente ans viennent voir la pièce ». Et qu’à leur tour, ils aillent « boire des coups » pour débattre de ce qu’ils ont vu.

 

Madeleine Bourgois
Informations
Lille, Théâtre du Nord

Site internet : http://www.theatredunord.fr/

08.11.2013>16.11.201320h, sf dim.10, 16h et jeu.14, 19h,relâche lun, Complet ! mais inscription possible sur liste d'attente

Les Particules Elémentaires
www.theatredunord.fr
15>18.04.2014, Villeneuve d’Ascq, le Rose des vents, 20h (19h, le 17.04), 20>5€,www.larose.fr
novembre 2014 : Valenciennes, Le Phénix

Articles similaires