Home Best of Interview Vincent Milou

Crash-test

© Nicolas Lee

Sacré champion d’Europe en 2019, en Russie, le Français Vincent Milou figure parmi les meilleurs skateurs du monde. Il a gratifié Colorama de quelques flips dont il a le secret. Impressions ?

Quand as-tu débuté ? Je savais à peine marcher quand je suis monté sur la vieille planche de mon père, planquée dans le garage. Depuis, je n’ai jamais arrêté. À force de réaliser des vidéos dans la rue, j’ai été repéré par des sponsors…

Jusqu’à taper dans l’oeil de Willy Santos… Oui, c’est une légende du skate, qui lui-même avait été repéré par le grand Tony Hawk. Willy a ensuite créé sa marque de planche et m’a invité à le suivre. Ça m’a offert un pied-à-terre aux États-Unis, la Mecque… Aujourd’hui, je vis la moitié de l’année à Long Beach, dans le comté de Los Angeles, et je parcours le monde.

Vas-tu participer aux JO de Tokyo ? Seuls les 20 meilleurs mondiaux sont qualifiés. Pour l’instant je suis 12e, j’ai remporté les championnats d’Europe l’an passé. Avec les points engrangés je devrais remonter au sixième rang. C’est donc en bonne voie, mais je serai fixé en mai 2021.

Comment trouves-tu Colorama ? C’est vraiment un spot inspirant. Yinka Ilori a placé ses couleurs au bon endroit. Le ratio entre hauteur et inclinaison des modules est aussi bien équilibré, et beaucoup de ces éléments évoquent le mobilier urbain. Le skate est avant tout une question de liberté, et Colorama te donne juste envie de t’exprimer et d’exécuter de belles figures, à la hauteur du lieu.

A LIRE AUSSI : COLORAMA

© Julien Pitinome Collectif OEil

© Julien Pitinome Collectif OEil

 

Propos recueillis par J.D.
Articles similaires
(c) Adrien Battez