Home Best of Chroniques La Vie d’Adèle

Un regard moderne

Abdellatif Kechiche

Avant même sa sortie, La Vie d’Adèle aura fait couler beaucoup d’encre. Au programme : une Pa lme d’Or, des épanchements, des sorties médiatiques et une belle psychanalyse de groupe. Au final, un seul constat : Abdellatif Kechiche est définitivement un extraordinaire peintre du réel.

La Vie d’Adèle n’est pas un film comme les autres. C’est un film sur la vie, pourtant irréductible, et sur une histoire d’amour. En grand cinéaste, l’auteur de L’Esquive (2003) réussit le tour de force de saisir l’insaisissable pour le porter à l’écran. Du coup, s’il ne fallait garder qu’une idée, qu’une impression de ce cinquième long métrage, peut-être faudrait-il insister sur sa grande modernité. Modernité qui se matérialise dans la manière dont Kechiche raconte une histoire et laisse vivre ses personnages, avec leurs complexes (notamment sociaux) et dans leur complexité, sans jamais interroger leur psychologie. En montrant, simplement.

Et Justice pour tous
Le cinéma ne rend jamais totalement compte du réel ; au mieux, il en revêt les atours et sonne vrai. Dans la lignée de Pialat, Kechiche contourne cette question en changeant de focale : plutôt que de chercher à faire vrai, réaliste, il adopte la juste distance avec ce qu’il montre (souvent au plus près, caméra à l’épaule). Et finalement, c’est peut-être à travers cette juste que l’on saisit le mieux la mécanique interne du film : justesse de la direction d’acteurs et de l’interprétation, qui rend justice à l’histoire et ses personnages. Le cinéma de Kechiche atteint ici un niveau rarement observé. Espérons désormais que justice lui soit également rendue, au-delà des polémiques et des controverses.

Sylvain Coatleven

Avec Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Jérémie Laheurte, Catherine Salée, Aurélien Recoing…
Sortie le 09.10