Raoul Collectif

Qu’est-ce qui pousse un homme à rompre totalement avec son milieu, voire avec la société tout entière ? A opposer à un destin trop bien tracé une révolte qui est le cri viscéral du vivant ? Formé de cinq jeunes acteurs, le Raoul collectif s’empare de ces questions en convoquant une série de personnalités bien réelles ayant ainsi pris la tangente. Mais le collectif de créateurs-comédiens ne raconte pas leurs histoires : il les fantasme. Il entremêle joyeusement les fils disparates de ces destins pour les retisser en une réflexion jubilatoire sur la manière dont chacun tente de tracer son chemin, en une succession de saynètes qui peuvent de prime abord sembler disparates mais que le collectif entrecroise avec intelligence pour servir un propos vaste comme le monde. Aidés par une dynamique de groupe saisissante, qui a tout de la fratrie, les cinq jeunes hommes posent les bonnes questions, pointent les dysfonctionnements d’une société qui étouffe. Mais avec quelle légèreté !
Avec quelle inventivité formelle ! Avec aussi, par-dessus tout, un humour décomplexé qui est pour beaucoup dans l’empathie naturelle que l’on ressent devant la fausse loufoquerie et la profonde poésie d’un travail d’une maturité étonnante. Visuellement très réussi, souvent aussi délirant dans la forme qu’il est réfléchi dans le propos, drôle de bout en bout, Le Signal du promeneur est un fameux bol d’air frais !

Le Signal du promeneur a remporté le prix du jury et le prix du public du Festival Impatience 2012 organisé par l’Odéon-Théâtre de l’Europe/Paris, le CENTQUATRE et Télérama en partenariat avec France Inter et le Prix de la Critique 2012 catégorie
« Découverte »

Informations
Bruxelles, Théâtre national

Site internet : http://www.theatrenational.be

09.05.2017>13.05.2017mar>sam: 20h15 / mer: 19h30 , 20>11€