Home Best of Portfolio Flora Borsi

Le monde à son image

World of Grief © Flora Borsi

De l’intime à l’universel. Pour une fois, la formule n’est pas galvaudée, et sied parfaitement au travail de Flora Borsi. Autodidacte, cette photographe et plasticienne hongroise se met en scène dans des “selfies” surréalistes pour mieux disséquer la psyché humaine. « J’essaie de décrire des émotions à travers des personnages », acquiesce l’intéressée, dont la vocation remonte à l’adolescence. « Quand j’ai eu 15 ans, on m’a diagnostiqué une tumeur au sein. J’ai alors réalisé des autoportraits pour exprimer mes pensées, mes sentiments et mes rêves. Histoire de laisser une petite partie de moi si quelque chose m’arrivait… Mais j’ai eu de la chance, cette tumeur n’était pas cancéreuse ! », raconte la native de Budapest, qui depuis n’a jamais eu besoin de personne pour concevoir ses images. Photographie, maquillage, éclairage… C’est bien simple, elle s’occupe de tout ! Dans ce « one person show », Flora Borsi transforme son visage en terrain de jeu au centre duquel brille son regard, ce fameux « miroir de l’âme ». Ici elle se transforme en fleur, là accueille une colonie de fourmis ou se coiffe de spaghettis. « Les aliments sont pour moi des accessoires comme les autres. Parfois ils ont une signification symbolique, sinon je les utilise simplement pour jouer avec leur forme et leur texture ». En résulte des compositions fantasques, drôles, parfois étranges ou émouvantes, à l’instar de notre couverture, où les contours d’un planisphère noir ruissellent le long de joues blanches, emportés par les larmes. Un vibrant hommage aux victimes de la pandémie, signé par une artiste… à fleur de peau.

A LIRE ICI / L’INTERVIEW DE L’ARTISTE

Julien Damien // Photo : World of Grief © Flora Borsi
Articles similaires
Mirage, série Fractured © David Popa