Home News Braderie de l’art

24 h de récup'

© Sophie Stalnikiewicz

Art Point M n’a pas attendu la mode de l’upcycling, l’avènement de l’économie circulaire et encore moins la “fin de l’abondance” pour se donner une conscience éco-responsable. Voilà plus de 30 ans que l’association fondée par Fanny Bouyagui organise sa braderie de l’art. Le principe ? Durant 24 heures, plus de 150 designers, peintres, graffeurs ou graphistes internationaux (on attend des Québécois cette année) s’enferment dans la Condition Publique pour puiser dans un stock hétéroclite de matériaux de récupération issus d’Emmaüs et d’entreprises locales. À partir de ces objets, morceaux de bois ou de verre, vieux meubles, tissus, raccords de plomberie et autres rebuts, ces bricoleurs de génie vont créer non-stop, et sous le regard du public, des pièces originales – dans tous les sens du terme. Ces sculptures, chaises, tables ou accessoires sont ensuite vendus entre 1 et 300 euros. En trois décennies, on a ainsi assisté à la construction d’un brasero mobile à vapeur, d’une lampe en forme de cage à oiseaux et d’une myriade d’animaux chimériques. En somme, un concept génial qui s’exporte désormais à Liège, Berlin, Barcelone… jusqu’à Rio de Janeiro. Car tout se recycle, surtout les bonnes idées.

Photo © Sophie Stalnikiewicz

Roubaix, 03 & 04.12, La Condition Publique, sam : 19h-2h & dim : 8h-19h, gratuit, labraderiedelart.com

Articles similaires
BicyclEat © Jean-Luc Moerman

© Stop homophobie