Home Best of Chroniques Loyle Carner

Hugo

EMI Records
Loyle Carner
Hugo

Le rap downtempo de Loyle Carner a émerveillé dès son apparition, en 2016. Les titres joliment enfumés de son premier album Yesterday’s Gone et son ton grave, presque fébrile, avaient convaincu un large public. Saint Laurent et Apple ont achevé ce couronnement en matraquant ses morceaux à la télé. À l’heure où sort Hugo, troisième chapitre, la formule sent un peu la vieille boîte de jazz : le rappeur du South London n’a rien perdu de son flow fringant, mais celui-ci coule avec la constance d’un filet de lager. On est finalement plus alerté par les productions (parfois trop sages) de Kwes et les quelques featurings que par le propos. Carner évoque sa place d’homme aux origines mixtes et sa récente paternité. Kendrick Lamar l’a fait cette année avec plus d’audace.

Mathieu Dauchy