Home Exposition Lisette Model

Sur le vif

Nevada, Reno, Slot
machines, 1949
© Lisette Model avec
l’aimable autorisation
de Baudoin Lebon et
Avi Keitelman

« Photographiez avec vos tripes ! », clamait Lisette Model à ses élèves – dont une certaine Diane Arbus. Non, l’Américaine n’avait peur de rien. Surtout pas de s’approcher de ses modèles, qu’elle saisissait par surprise, en gros plan et recourant au flash si nécessaire. En résulte de sublimes portraits de “freaks” ou scènes satiriques. Une oeuvre culte, retracée en 150 images à Charleroi.

Née Stern en 1901 à Vienne dans une famille aisée, Lisette Model a connu le sort de millions de juifs fuyant l’antisémitisme. Elle a changé de nom et émigré deux fois, à Paris en 1926, puis aux États-Unis en 1938. À l’origine, elle se destinait à devenir musicienne. C’est suite à la rencontre de Rozsa Klein et de Florence Henri qu’elle se convertit à la photographie, en 1930. « À l’époque et durant des décennies, cela reste un monde essentiellement masculin », rappelle Xavier Canonne, directeur du Musée de la photographie de Charleroi.

Regard multiple

Sa carrière démarre véritablement en 1934 avec un premier reportage sur la promenade des Anglais (lire ci-dessous). D’ores et déjà, son style s’impose : prise de vue serrée, bascule au tirage, jeu sur les reflets… Accrochées sur des murs bleus, à Charleroi, ses images surprennent par la proximité avec les sujets. Dans la rue, les bars, cette pionnière de la “street photography” focalise sur les classes populaires avec sincérité mais sans complaisance. Elle saisit aussi les artistes et célébrités, se penche avec autant d’inspiration sur les quartiers chics que les bouges. Enfin, l’Américaine excelle avec des séries quasi expressionnistes : jambes de piétons, reflets dans les vitrines des magasins à New-York. Une oeuvre plurielle et engagée, parfaitement restituée par cette exposition.



PLANS RAPPROCHÉS

Promenade des Anglais, Nice, 1934

© Lisette Model avec l’aimable autorisation de Baudoin Lebon et Avi Keitelman

© Lisette Model avec l’aimable autorisation
de Baudoin Lebon et Avi Keitelman

C’est lors d’une visite à sa mère que Lisette Model, alors âgée de 33 ans, réalise son premier reportage sur la promenade des Anglais, à Nice. Cette série de photographies décalées séduit la revue communiste Regards qui en publie une sélection en février 1935. Sa vision des estivants surprend par son aspect satirique. On y voit des bourgeois affalés sur des fauteuils à la terrasse de cafés ou sur des bancs de la digue, allongés sur la plage. Ils sont bien portants et suffisants, donnent l’impression de déborder de leurs vêtements. Dans une approche plus sociale, elle saisit aussi des gens de peu, offrant ainsi un étonnant contraste.


Reflections. People and Shadow, NYC, 1939-1945

© Lisette Model avec l’aimable autorisation de Baudoin Lebon et Avi Keitelman Joan

© Lisette Model avec l’aimable autorisation
de Baudoin Lebon et Avi Keitelman
Joan

Lisette Model a émigré aux États- Unis en 1938 avec son mari Evsa Model, peintre et graphiste russe rencontré à Paris, pour fuir la montée du nazisme, et commence à photographier dans les rues new-yorkaises. Outre les classes populaires, elle est captivée par l’énergie et la vie débordante de la métropole américaine. Elle capture les reflets dans les vitrines des magasins et des bâtiments. Jeu avec la profondeur de champ, les contrastes et les lumières, superposition des sujets et des détails… ces clichés multiplient les points de vue, les niveaux de lecture. Ils révèlent une esthétique quasi expressionniste.

François Lecocq / Photo Lisette Model, Nevada, Reno, Slot machines, 1949 © Lisette Model avec l’aimable autorisation de Baudoin Lebon et Avi Keitelman
Informations
Charleroi, Musée de la Photographie

Site internet : http://www.museephoto.be

24.09.2022>22.01.2023mar > dim : 10h-18h, 8 > 4€ (gratuit -12 ans)
Articles similaires
Discutons © Artik

© Collection Barnabé Mons