Home Théâtre & Danse La Ville des zizis

Vague à l’homme

© Alessia Contu

Déplorant la solitude de son père, Éline Schumacher lui invente une bande de copains. Ils ne se connaissent pas mais vont célébrer sa mémoire lors de son enterrement fictif… Dans cette pièce drôle et tendre, la metteuse en scène belge s’amuse des clichés sur la masculinité, sondant la beauté, la pudeur et la fragilité des hommes.

Qui sera présent à mon enterrement ? Chacun s’est posé la question à l’approche de l’âge adulte. La Belge Éline Schumacher, tout juste la trentaine, y ajoute une dose d’empathie et se demande : qui sera présent à l’enterrement de mon père ? Celui-ci n’a en effet pas d’amis et cet isolement dans lequel il finit sa vie angoisse la jeune femme. Qu’à cela ne tienne, elle décide de lui inventer une bande de potes ! Il en faut bien six pour porter un cercueil, et surtout lui rendre hommage. Elle constitue ainsi un vrai clan. De vieux copains rigolards déboulent alors sur le plateau. D’un constat funeste, la metteuse en scène fait surgir les plus vivants récits, entre conseils de drague et blagues potaches. Ce théâtre azimuté, drôle et sensible, invente de toutes pièces sa propre nostalgie et parvient à transmettre à ses spectateurs des souvenirs certes fictifs, mais forts. Invité par les comédiens à feuilleter l’album photo des 400 coups de ces amis qui n’en sont pas (encore ?), le public traverse le quatrième mur en équilibre entre réalité et fiction, dans un spectacle ponctué d’évocations à la culture populaire. Une véritable ode à la vie, car dans “funeste” il y a aussi “fun”.

Mathieu Dauchy // Photo © Alessia Contu
Informations
Bruxelles, Théâtre national

Site internet : http://www.theatrenational.be

20.09.2022>25.09.2022mar, jeu, ven & sam : 20h15 mer : 19h • dim : 15h, 21 > 9€
Articles similaires
© Gilles Lemoine