Home Best of Chroniques Lykke Li

Eyeye

LYKKE-LI-–-‘Eyeye’

Révélée en 2011 avec l’immense tube I Follow Rivers (et surtout le remix signé par le Carolo The Magician), Lykke Li délaisse pour ce cinquième album les sonorités digitales. La Suédoise referme la mauvaise parenthèse R’n’B (So Sad Sexy) pour renouer avec la mélancolie des débuts et des instruments plus organiques. Surtout, elle exploite au mieux sa voix craquelée et sensuelle au fil de huit chansons narrant les affres de l’amour, entres doutes, obsessions et séparations – le déchirant Over. Enregistré dans sa propre chambre à Los Angeles, dans le plus grand dépouillement, Eyeye joue aussi la carte de l’expérimentation sonore, convoquant ici et là murmures, bruits extérieurs et même silences (ü&i). Les histoires d’amour finissent mal en général, mais sont parfois salvatrices pour la créativité…

Florine Fauquembergue