Home Festivals Les Paradis artificiels

Les feux de la rampe

Laylow © DR

Après deux années infernales, les Paradis artificiels remettent enfin le couvert. On prend les mêmes et on recommence ? Pas tout à fait. Autrefois dispersé aux quatre coins de la métropole, le festival initié par À Gauche de La Lune se concentre désormais sur un seul site : la Halle de glisse, à Lille, soit un skatepark couvert de 2000 m2. Côté musique, on change aussi de cap, cette 14e édition privilégiant une affiche 100% rap, ici décliné sous toutes ses (meilleures) acceptations. La preuve par quatre. 

Laylow

Laylow a grandi dans la métropole toulousaine, comme Bigflo et Oli, et c’est le seul point commun qu’il partage avec ces inoffensifs frérots. Pour tout dire, notre homme fait figure d’ovni dans le rap français, creusant depuis ses débuts le sillon d’une SF dystopique et cyberpunk, tendance Matrix (ses deux derniers albums s’intitulent Trinity et L’Étrange histoire de Mr. Anderson) poussant le concept jusqu’à monter sur scène avec un vrai-faux bras bionique. Une esthétique servant des clips léchés et un « rap digital » dit-il, bardé de synthés et lorgnant vers la trap déglinguée de Travis Scott. Pas de doute : le futur, c’est mieux maintenant.


Makala

Avec la sortie de Radio Suicide en 2019, Jordy Makala affolait les puristes avec un son old-school, nimbé de funk et de soul, et démontrait que le rap suisse n’avait définitivement rien d’un oxymore – comme Di-Meh ou Slimka avant lui. L’autoproclamé artiste « le plus méchant » de la scène hip-hop francophone fait à nouveau résonner son flow syncopé dans Chaos Kiss. La formule reste la même : production vintage, egotrip à gogo et mauvaises intentions, comme il l’annonce dans Boss : « Tout niquer, c’est le game plan…». Nous voilà prévenus.


Zola

Aurélien N’Zuzi Zola, c’est l’homme qui a dit “non” aux Américains (comme Jacques Chirac en 2003) refusant de travailler avec Jimmy Duval, le producteur du Look at Me de XXXTentacion… parce qu’il n’aimait pas ses sons. Repéré par Kore, le boss du label AWA, ce rappeur qui porte le marcel comme personne ne se distingue pas forcément par la finesse de ses écrits, comme le suggère son patronyme. Par contre, il n’a pas de leçon à recevoir lorsqu’il s’agit d’enflammer une scène avec ses mélodies trap. Authentique, en somme.


Josman

Considéré à ses débuts en 2016 comme le “meilleur espoir du rap français”, Josman poursuit depuis une carrière trop discrète. À l’accueil mitigé de son deuxième album, le bien nommé Split, le Vierzonnais répondait en mars dernier avec le plus réussi M.A.N., devenant un temps l’artiste le plus écouté en France sur Spotify. Pourvoyeur d’un rap sombre et rugueux (le fameux triptyque alcool, drogue et billets verts), entre drill et boom bap poisseux, ce stakhanoviste de la rime n’a certes pas inventé la poudre, mais sait la faire parler, surtout sur scène…

J.D. / Photo : Laylow (c) DR
Informations
Lille, Halle de Glisse
03.06.2022>04.06.2022ven : 16h & sam : 13h, pass 1 jour : 45/39€ • pass 2 jours : 70 > 60€

Sélection / 03.06 : Laylow, Luv Resval, SDM, Zinée, Makala, Captaine Roshi, Eesah Yasuke, Sally // 04.06 : Zola, Josman, Ziak, Kikesa, Lujipeka, Jäde, Zamdane, Ichon, Mara, Ben Plg et Sto…

Articles similaires
A giant biodegradable landart painting entitled