Home Exposition La Chine au féminin

Droit de cité

Femme han, peinture d’exportation, gouache sur papier de riz, Chine, 19e siècle, © Musée royal de Mariemont

Tout au long du XXe siècle, entre guerres et révolutions, l’empire du Milieu a connu de nombreux bouleversements politiques et sociaux. Si l’on retient généralement les noms de Tchang Kaï-chek, Mao Zedong ou Deng Xiaoping, le Musée royal de Mariemont a choisi de mettre en lumière les femmes, figures exceptionnelles ou anonymes, qui ont bâti l’histoire moderne de la Chine.

« Dans le monde, une femme sur cinq est chinoise, affirme Lyce Jankowski. Pourtant, on ne sait pas grand-chose d’elle ». Longtemps, les Occidentaux furent fascinés par ces inconnues, qu’ils imaginaient discrètes et dociles. « Nous voulions dépasser ces fâcheux stéréotypes », poursuit la conservatrice du Musée royal de Mariemont. À Morlanwelz, parures, tableaux, extraits de films ou objets du quotidien révèlent des personnages féminins puissants, combatifs. Une photographie datant du début du XXe siècle montre ainsi l’impératrice Cixi qui a régné sur la Chine durant plus de 40 ans !

L’émancipation

Au fil de ce parcours chronologique, le public découvre aussi comment les Chinoises ont surgi dans l’espace public ces dernières décennies. De nombreuses affiches de propagande révèlent des “femmes d’acier”, fidèles au parti communiste, (forcément) souriantes, fortes et indépendantes. Il est vrai que le XXe siècle a favorisé leur émancipation. « Elles ont acquis des droits fondamentaux comme celui du vote, une réduction des inégalités salariales ». Mais, ne nous y trompons pas, si leur condition s’améliore à la faveur du développement économique et au renforcement du sytème juridique, il reste beaucoup à faire. Le musée en a bien conscience. « On ne prétend certainement pas que les Chinoises sont libres, on tient à leur offrir un espace pour exister ». En cela, le pari est réussi.


Oeuvres commentées 

Les femmes portent la moitié du ciel sur leurs épaules

Affiche de propagande, Chine, 1974

© Musée départemental des arts asiatiques, Nice

© Musée départemental des arts asiatiques, Nice

Parmi les oeuvres exposées, on découvre des affiches de propagande issues de la collection Jasmine Nour. Le titre de celle-ci emprunte à une déclaration de Mao Zedong lors de l’avènement de la République populaire de Chine. Trois figures sont ici représentées. La première tient une clé plate, la deuxième un marteau et la dernière réajuste son casque militaire. Elles incarnent les différentes fonctions valorisées par la société communiste. Cette image s’inscrit dans le cadre de vastes campagnes menées durant la seconde moitié du xxe siècle pour libérer les femmes de l’espace domestique. « Elle remet en question les représentations traditionnelles des Chinoises, supposées petites et fragiles, précise Lyce Jankowski. Ici, elles apparaissent musclées et exécutent des tâches typiquement masculines ».


Red Series No.3

Zhou Wenjing, 2019

© Zhou Wenjing

© Zhou Wenjing

Cette oeuvre de l’artiste chinoise Zhou Wenjing fait partie d’une série de sculptures réalisées en plâtre blanc. Plongée dans un liquide vermillon, la statue se colore progressivement, le corps vire au rougeâtre inquiétant. « Elle renvoie aux menstruations, à la grossesse, à l’écoulement de sang rythmant la vie du corps féminin », analyse Lyce Jankowski. Ce n’est pas la première fois que Zhou Wenjing se penche sur l’intimité voire les souffrances physiques endurées par les femmes. En 2014, sa première création s’intéressait au stérilet, que beaucoup de Chinoises ont utilisé durant la politique de l’enfant unique, mais sans en connaître la date d’expiration. Une fois périmé, celui-ci a provoqué des maux abdominaux, des lésions ou infections… « Mon travail montre à quel point la douleur est une partie essentielle de nos vies », confirme l’artiste.

Maïssam Mezioud / Photo : Femme han, peinture d’exportation, gouache sur papier de riz, Chine, 19e siècle, © Musée royal de Mariemont
Informations
Morlanwelz, Musée Royal de Mariemont

Site internet : http://www.musee-mariemont.be/

Tous les jours sauf les lundis non fériés, avril > septembre, : 10h > 18h / octobre > mars : 10h > 17h

02.04.2022>23.10.2022mar > dim : 10h - 18h, Gratuit
Articles similaires
Nanitos, Jean-François Fourtou © Maxime Dufour photographies