Home Best of Interview Cécile Gariépy & Simon Drouin

Les jeux sont défaits

Drôles de sports. Curiosités olympiques, de Cécile Gariépy et Simon Drouin (La Pastèque)

Connaissiez-vous le tir au cerf courant ? Le ballet à ski ? La nage sous l’eau avec course d’obstacles ? Farfelues, spectaculaires, poétiques parfois, ces disciplines ont toutes été un jour au programme des JO d’été ou d’hiver. C’est ce que l’on peut découvrir dans Drôles de sports, ouvrage publié par la maison d’édition québécoise La Pastèque et signé par l’illustratrice Cécile Gariépy et le journaliste Simon Drouin, qui exhument avec humour quelques curiosités olympiques.

Comment ce livre est-il né ?

Simon Drouin : C’est une idée des éditeurs de la Pastèque, Frédéric Gauthier et Martin Brault. On s’est rencontrés à l’hiver 2020. À l’époque, je me préparais à couvrir les JO de Tokyo comme journaliste pour le quotidien montréalais La Presse. On commençait à entendre parler de la Covid-19, qui s’appelait encore le « nouveau coronavirus ». Martin m’avait demandé si je craignais que les Jeux soient annulés. Je n’en croyais pas un mot. La suite lui aura donné raison…

Cécile Gariépy : Lors d’une rencontre informelle avec les éditeurs de La Pastèque, j’ai discuté de mon enthousiasme à dessiner des sportifs. J’adore illustrer des corps en mouvement, sur le point de lancer une balle ou juste avant de de tomber à la renverse. Quelques mois plus tard, en 2019, la maison me proposait de participer à un projet sur les sports de démonstration aux Jeux olympiques. Comment refuser ?!

Comment en résumeriez-vous le propos ?

Simon Drouin : C’est un album documentaire principalement destiné aux jeunes, mais qui pourra très bien intéresser les adultes aussi. Il présente différentes disciplines sportives, méconnues ou oubliées, qui ont été présentées aux Jeux olympiques de l’ère moderne depuis 1896. Ce sont principalement des sports de démonstration dont l’existence même peut surprendre ou faire sourire.

Cécile Gariépy : Chaque discipline est expliquée avec quelques détails techniques, mais est surtout découverte à travers différentes anecdotes historiques. On survole des sports loufoques tels que le ballet à ski et la colombophilie, et d’autres plus traditionnels comme la pelote basque.

Drôles de sports. Curiosités olympiques, de Cécile Gariépy et Simon Drouin (La Pastèque)

Drôles de sports. Curiosités olympiques, de Cécile Gariépy et Simon Drouin (La Pastèque)

Pourquoi s’intéresser à ces drôles de sports, ces curiosités olympiques ?

Simon Drouin : En tant que journaliste, j’ai couvert dix éditions des Jeux olympiques depuis ceux d’hiver de Salt Lake City, en 2002. Entre les Jeux, je m’intéresse aux parcours et aux histoires des participants. Je le fais avec autant de sérieux que ceux qui s’y adonnent. Au premier abord, la proposition de Frédéric et Martin m’a surpris. En cherchant, j’ai réalisé à quel point le programme olympique était fluctuant. Je me suis aussi rendu compte que l’imagination des humains pour la pratique sportive était sans limites, pour le meilleur et pour le pire !

Cécile Gariépy : Le titre du livre répond à la question : nous étions curieux ! Les sports de démonstrations sont assez méconnus du grand public, pourtant ce sont des disciplines fascinantes. Même si certaines disciplines sont assez farfelues, les athlètes s’y sont collés avec le plus grand sérieux. Je trouve intéressant de leur donner une tribune et de souligner leurs efforts incroyables, afin qu’elles ne tombent pas dans l’oubli.

Comment avez-vous déniché ces compétitions ?

Simon Drouin : J’ai utilisé dans quelques livres de référence, comme The Complete Book of the Summer/Winter Olympics de David Wallenchinsky et Encyclopedia of the Modern Olympic Movement. J’ai aussi fouillé dans les rapports des différentes éditions des JO dont la plupart sont disponibles sur internet. Des chercheurs et des représentants de fédérations toujours existantes m’ont également aidé à démêler le vrai du faux.

 

Quels seraient les sports les plus insolites, vos préférés ?

Simon Drouin : Peut-être parce que ce sport a des racines canadiennes, mais j’ai adoré en apprendre davantage sur les courses de traîneau à chiens. Présentées une seule fois à Lake Placid en 1932, elles ont donné lieu à des courses épiques et mis en lumière des personnages plus grands que nature, humains comme canins ! La course a obstacles sous l’eau m’a aussi paru particulièrement étrange. Je suis curieux de savoir si Michael Phelps s’y serait illustré…

Cécile Gariépy : Pour l’édition hivernale, j’ai adoré illustrer le ballet à ski. La discipline étant relativement récente, il y a un bon nombre de vidéos disponibles sur internet, toutes plus extravagants les unes que les autres. Des heures de plaisir à regarder ces chorégraphies ! Au niveau des sports d’été, la colombophilie m’a réellement fascinée. La compétition se déroulait sur une très longue période et il n’y avait pas vraiment moyen de savoir quand ça allait se terminer. Je trouve incroyable que certains puissent mettre autant d’espoir dans leur pigeon !

Laquelle regrettez-vous de ne pas trouver au programme de nos JO actuels ?

Simon Drouin : Bonne question. Je verrais bien la renaissance du pentathlon d’hiver avec du ski de fond, du ski alpin, du patinage de vitesse, de la course à pied et de la raquette !

À lire / Drôles de sports. Curiosités olympiques, de Cécile Gariépy et Simon Drouin (La Pastèque), 64 p., 22€, www.lapasteque.com

 

Articles similaires
Naranjalidad -Diademuertos

© N. Kruma