Home Théâtre & Danse Week-end poil à gratter

La Belgitude des choses

Bruno Coppens© Gregory Navarra

Pour lutter contre la morosité ambiante, une destination s’impose : Hazebrouck. À l’occasion de la 12e édition du Week-end poil à gratter, le Centre André Malraux se met à l’heure de la belgitude, soit un sens inégalé de l’autodérision. Entre théâtre et musique, cette programmation convie les meilleurs ambassadeurs du pays – qui n’a vraiment rien de plat 

Andropause

Après avoir été “loverbooké”, Bruno Coppens se penche sur l’andropause. Quèsaco ? Eh bien c’est la ménopause des hommes, un phénomène biologique encore méconnu mais dont souffrirait peut-être le volubile Tournaisien. Sautes d’humeur, perte d’énergie, de masse musculaire… mais pas du sens de l’humour ! La soixantaine bien sonnée, ce magicien du verbe se pose des questions hautement existentielles, du genre : « quelle sera la playlist à mon enterrement ? ». Le Belge aurait-il pris un gros coup de vieux ? « C’est vrai que j’ai pas le public de Kev Adams, s’amuse-t-il. Là, on est plus proche de la famille Addams ». Plus vrai que mature, on vous dit !

>> 23.01, Espace Flandre, 17h


Rage dedans

En décembre 2018, Jean-Luc Piraux fut victime d’un gros coup de mou. Crise conjugale, épuisement professionnel… Plutôt que de se lamenter, le clown belge a choisi de raconter sa dépression. De ce jour “F” (pour « ma fin du monde à moi ») lors duquel il a tenté de se jeter du balcon jusqu’à sa rémission, en passant par son internement, le soliste multiplie les points de vue sur son burn-out (des commères, sa psy d’origine anglaise…) avec pudeur. Dans toute comédie, la chute est primordiale. Piraux en fait lui un art, au sens propre comme au figuré.

>> 21.01, Espace Flandre, 19h


Frankenstein

Voilà plus de 10 ans que la compagnie Karyatides revisite les grands classiques de la littérature sur un petit plateau. Après avoir joué Madame Bovary ou Les Misérables avec des figurines ou de vieilles boîtes de biscuits, Marie Delhaye et Karine Birgé s’attaquent à Victor Frankenstein. Cet opéra miniature met en scène un savant fou hanté par ses souvenirs. Manipulant moult objets dans la solitude de son laboratoire, il se remémore les moments heureux passés auprès de sa créature, accompagné par une bande-son hétéroclite, de Verdi à Céline Dion !

>> 21.01, Espace Flandre, 20h30


Greg Houben

Le Week-end poil à gratter, c’est du théâtre, mais aussi de la musique. En cela, la présence de Greg Houben pour célébrer la “Belgitude” relevait de l’évidence. Quelque part entre Bourvil et Mathieu Boogaerts, le jazz et la bossa nova, le Liégeois aborde les sujets les plus graves avec légèreté, soit une bonne dose de fantaisie et poésie. Après nous avoir emmenés à Rio, le trompettiste, comédien et chanteur présente La quarantaine, évoquant son âge comme la crise sanitaire – histoire de mettre de bons mots sur les maux.

>> 22.01, Espace Flandre, 20h30

Julien Damien - Photo : Bruno Coppens © Gregory Navarra
Informations
Hazebrouck, Centre André Malraux et divers lieux
20.01.2022>23.01.20221 spectacle : 15 > 5€

Programme / 20.01 : Concert d’Antoine Hénaut // 21.01 : Jean-Luc Piraux : Rage Dedans,Compagnie Karyatides : Frankenstein // 22.01 : Trou de ver : Jimmy n’est plus là, Cie Belle de nuit : L’Entrée du Christ à Bruxelles, Greg Houben // 23.01 : Bruno Coppens : Andropause

Articles similaires