Home Musique Villagers

Le seigneur des agneaux

Après le sacro-saint “album de la maturité”, voici le temps de “l’album du confinement”, étape inévitable dans la carrière d’un musicien de ce début de siècle. Dans son appartement dublinois, Conor O’Brien a fabriqué bien mieux que du pain : il a confectionné de nouvelles chansons subtilement alvéolées.

Le temps joue en faveur de Conor O’Brien, 37 ans dont 13 à la tête de Villagers, fantastique incarnation d’un folk irlandais revigoré et comme assagi. Becoming a Jackal, premier album sorti en 2010, froissait avec application et candeur la tradition celte et son cortège de fiddle, de bodhrán et de chocs entre chopes de bières. Ce premier essai au songwriting sophistiqué et aux harmonies vertigineuses lançait vers le continent le jeune Conor en émissaire “hobbitesque” des vertes prairies d’Irlande. Cette tournée initiatique inspira notre homme qui revint avec le bien nommé Awayland, deuxième disque frappé du goût de l’ailleurs. Après deux autres essais, élargissant encore son horizon, le frêle esquif Villagers a profité du ralentissement de la planète, début 2020, pour peaufiner longuement les dix titres de Fever Dreams, publié en août dernier. La fièvre du Covid et l’allongement des heures ont été de bon augure pour ce cinquième opus. O’Brien s’y permet des audaces psychédéliques, instrumentales et chorales, amplifiant les contours d’une musique arrivée à pleine maturation. Pas de doute : ce cru irlandais vieillit merveilleusement bien.

Mathieu Dauchy - Photo © Rich Gilligan
fever-dreams-est-le-cinquieme-album-de-villagers_5916301 A écouter /
Villagers
Fever Dreams
(Domino)
Articles similaires
© Julien Lachaussee

© N. Kruma