Home Musique Orelsan

Remise à flow

Né à Alençon, grandi à Caen, Aurélien Cotentin fut d’abord ce gamin un peu paumé, comme il en existe tant d’autres dans cette France dite “périphérique”. Révélé en 2009 avec Perdu d’avance et son autodérision, le rappeur inscrivait dès lors le Calvados sur la carte mondiale du rap. Après La Fête est finie, écoulé à plus d’un million d’exemplaires, le presque quadragénaire  publie son quatrième album, Civilisation, un disque plus politique (à l’image du titre L’Odeur de l’essence) accompagné d’une tournée qui s’annonce déjà dantesque. Simple, basique.

Monsieur Orel

Un bon blase, c’est important, surtout dans le “rap game”. Aurélien Cotentin l’a bien compris, imaginant une contraction entre “Orel”, son diminutif, et san, soit “monsieur” en japonais, comme dans les mangas dont il raffole. Au même rayon pop culture, son duo avec Gringe, baptisé Casseurs Flowters, renvoie aux malfrats de Maman, j’ai raté l’avion. « La comparaison avec ces deux bras cassés, le grand maigre et le petit gros, était inévitable », justifie le Caennais.

 

Flow populaire

Orelsan a imposé un style plus réaliste et des textes ancrés dans le quotidien de la « classe moyenne moyennement classe », sanctifiant la “lose” à contre-courant de l’egotrip de rigueur dans le milieu. Il évoque le néant social, l’ennui, ses râteaux avec les filles, les soirées parking arrosées de whisky-coca mélangé dans une bouteille en plastique…

 

Fast-food and furious

Avant de remplir les Zénith de France et de Navarre, Orelsan a exercé moult petits boulots, fut éboueur, veilleur de nuit dans un hôtel… à en croire Gringe, il aurait aussi raté une belle carrière dans la restauration rapide. « Je crois que c’est le seul mec à avoir réussi à se faire virer de chez Quick pendant une période d’essai », raconte son vieux pote.

 

Ecran large

Derrière son allure nonchalante, Orelsan est aussi un sacré acteur. Dès 2013, il figure au casting du film Les Gars d’Adolf El Assal. Deux ans plus tard, il est scénariste, réalisateur et interprète de Comment c’est loin, avant de squatter les audiences de Canal + avec Bloqués de Kyan Khojandi. Dans Montre jamais ça à personne, documentaire réalisé par son frère Clément, le rappeur crève une nouvelle fois l’écran, toujours dans son meilleur rôle : le sien.

 

Sacrés potos

Orelsan compte quelques collaborations prestigieuses : avec Stromae par exemple, Ibeyi ou plus récemment… The Neptunes, le duo formé par Chad Hugo et Pharrell Williams, avec qui il signe le titre Dernier verre. Aujourd’hui, il rêve d’un featuring avec Eminem…

 

Haute fidélité

Orelsan a gardé la même clique de potos depuis ses premières rimes : le beatmaker Skread, grand artisan de son succès, mais aussi Ablaye avec qui il a cofondé le label 7th Magnitude, son frère Clément qui le filme depuis ses débuts et bien sûr Gringe, moitié des Casseurs Flowters.

 

Orelsan et la chocolaterie

Futé, le Normand a piqué le concept du ticket d’or à Willy Wonka, cachant dans cinq éditions de son dernier album un sésame donnant accès à ses concerts… à vie ! Comme quoi, son passage en école de commerce ne fut pas tout à fait inutile.

995-16-0554_HD

 

Julien Damien - Photo © Alice Moitié
Concert(s)
Orelsan
Amiens, Le Zénith
25.04.2022 à 20h00complet !

Les concerts prévus à Lille le 20/01 et à Amiens le 21/01 sont respectivement reportés le 29 mai et le 25 avril 2022.

Articles similaires
© Julien Lachaussee

© N. Kruma