Home Best of Interview Caterina Theoharidou

Au-delà du cadre

(c) Caterina Theoharidou

Minimalistes, intrigantes, drôles parfois mais toujours soigneusement composées : ainsi pourrait-on qualifier les photographies de Caterina Theoharidou. Installée en Italie, cette graphiste et illustratrice grecque n’aime rien tant que décaler notre regard sur le quotidien. Comment ses idées fleurissent-elles ? Quelles sont ses sources d’inspiration ? Éléments de réponse…

Comment présenteriez-vous votre travail ? Je crée des mondes parallèles dans lesquels tout est possible, où minimalisme et couleurs se marient pour nous éloigner de notre quotidien. Mes créations sont une invitation à fuir le confort de nos croyances et de nos préjugés pour entrer dans d’autres réalités peut-être plus riches et excitantes.

Il y a beaucoup de ballons dans vos œuvres. Pourquoi ? C’est un symbole de légèreté et de voyage. Je pense que dans ma vie passée j’étais un ballon !

Vos études d’architecture vous ont-elles été utiles dans la composition de vos images ? Elles furent pour moi fondamental afin de comprendre l’harmonie des formes et la géométrie. La photographie et l’architecture constituent un couple parfait.

Peut-on parler d’un style minimaliste ? Beaucoup d’entre nous sont attirés par le concept “less is more”, avec des lignes simples, des motifs géométriques, des ombres claires, des couleurs et des sujets isolés. Parfois ces éléments sont à portée de notre objectif, d’autres fois un peu de manipulation numérique est nécessaire pour supprimer les éléments superflus. La clé est d’évaluer le strict nécessaire. De très bonnes images peuvent être obtenues avec un équipement bon marché. Mais l’essentiel dans ce travail reste l’imagination, les idées. Le cerveau et l’œil sont bien plus importants que la technique. Mes meilleurs clichés ont d’ailleurs été pris avec de petits appareils photo.

(c) Caterina Theoharidou

(c) Caterina Theoharidou

 

Que voulez-vous exprimer à travers ces images ? Je laisse le spectateur trouver sa place dans ces compositions sans prétention. Au-delà de ces soleils, croissants de lune noirs ou rideaux pliés, il y a des moments de sensibilité et d’espièglerie. Pour moi, la photographie est aussi un moyen de se découvrir.

Plus généralement, quelles sont vos influences ? Mes images sont inspirées des figures féminines étranges de Brooke DiDonato et des mondes très vivants de Leta Sobierajski.

Quelles seraient vos créations favorites ? J’aime toutes les images photos dans lesquelles le personnage n’a pas de visage, car j’aime créer du mystère et que vous y découvriez avec moi le sens…

A VISITER / instagram @katetheo79