Home Exposition Les Louvre de Pablo Picasso

Rencontre au sommet

Femme au chapeau
Pablo Picasso 1935 Huile sur toile
60 x 50 cm Paris, Centre Pompidou, musée national d'Art moderne © Succession Picasso 2021
© Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian

C’est un portrait croisé entre deux monuments de la culture mondiale. Une plongée inédite dans l’histoire de l’art. Cette exposition lensoise organise la confrontation entre Pablo Picasso et le Louvre – ou plutôt “les” Louvre, tant la relation entre les deux fut tumultueuse au fil du temps. Ce parcours rassemble plus de 450 oeuvres dont 170 du génie espagnol. Elle sont issues de l’ensemble des départements de l’institution parisienne et d’un peu partout dans le monde. Peintures ou sculptures sont ainsi analysées, comparées, scrutées… pour mieux mettre au jour les inspirations du maître.

Le Louvre et Pablo Picasso, c’est une grande histoire. « Un peu comme une relation amoureuse, belle et complexe », image Dimitri Salmon, le commissaire de cet événement. Dès la première visite du maître en 1900, ils se sont donc aimés. Il y eut des hauts, notamment lorsque le musée parisien honora l’artiste (le premier) d’une grande exposition monographique, en 1971, dans sa Grande Galerie. Mais aussi des bas, quand l’institution proposa à Georges Braque la réalisation d’un plafond et pas à Pablo, qui en avait pourtant rêvé… L’Espagnol trouva parmi les conservateurs de fervents défenseurs (Georges Salles) mais aussi des détracteurs (Germain Bazin et René Huyghe ne goûtèrent guère aux déformations qu’il infligea à la figure humaine). Une chose reste sûre : ces « deux géants » se sont beaucoup regardés. Entre les chefs-d’oeuvre du musée et ceux du peintre et sculpteur, les échos sont nombreux, mais ne furent pas forcément faciles à établir. « Picasso fut un extraordinaire archiviste de lui-même, il conservait tout, comme ses factures de restaurant… et en même temps il effaçait ses sources d’inspiration », explique Marie Lavandier, la directrice du Louvre-Lens. Au final, il aura fallu trois ans de recherches pour établir des rapprochements.

L’enquête est ouverte

À Lens, c’est ainsi à une formidable enquête qu’est convié le public, au sein d’une scénographie à la hauteur des enjeux. Au centre du musée se déploie une première partie où trône une immense table réunissant des archives pour beaucoup inédites. Il y a là des coupures de presse, des correspondances, des anecdotes… Autour de cet espace ouvert, on trouve plusieurs salles reproduisant chacune un département du Louvre : celui des peintures, des sculptures, des arts graphiques… C’est au sein de ces sections qu’est organisée la confrontation entre les créations de Picasso et les trésors du Louvre « parfois sans certitudes, certaines relevant de l’hypothèse, confie Dimitri Salmon. Elles n’ont pour beaucoup jamais été établies mais nous nous risquons à l’erreur, c’est le grand jeu de l’histoire de l’art ».

Regards croisés

Au fil de ce parcours fleuve se révèlent ainsi des analogies entre un autoportrait “picassien” tracé au fusain en 1908, et un portrait dit “du Fayoum” – ces peintures funéraires insérées dans les bandelettes sur le visage de la momie. On remarque aussi comment la fameuse Tête de Taureau signée de l’artiste en 1942 et constituée d’une selle et d’un guidon, puise son origine dans l’antiquité orientale. Le travail sur Les Demoiselles d’Avignon est par ailleurs mis en perspective avec des sculptures ibériques… Citons aussi Le Déjeuner sur l’herbe d’après Manet, Le Retour du baptême d’après Le Nain, L’Enlèvement des Sabines inspiré par Nicolas Poussin… « Sans oublier Ingres, que Picasso a beaucoup regardé dans les années 1920 pour revenir à une forme plus classique », ajoute Marie Lavandier. Si comparaison n’est pas raison, dit-on, celle-ci donne le vertige.

Julien Damien // Photos : Femme au chapeau Pablo Picasso 1935 Huile sur toile 60 x 50 cm Paris, Centre Pompidou, musée national d'Art moderne © Succession Picasso 2021 © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Georges Meguerditchian
Informations
Lens, Louvre-Lens

Site internet : http://www.louvrelens.fr/

Galerie du temps et Pavillon de verre :
Entrée libre et gratuite

Galerie d’expositions temporaires :
Tarif plein : 10€ / 18 – 25 ans : 5€ / – 18 ans : gratuit

Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h (dernier accès et fermeture des caisses à 17h15).

Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

13.10.2021>31.01.2022tous les jours sauf mar : 10 h -18 h, 12 > 5 € (gratuit -18 ans)
Articles similaires