Home Best of Chroniques Marie Mangez

Le Parfum des cendres

(Finitudes)

Sylvain, thanatopracteur taiseux, noie dans un quotidien d’ascète le malaise qu’il éprouve au contact des vivants. Alice, thésarde aux goûts musicaux éclectiques, déborde de vie. Le premier cache un secret explosif derrière son extraordinaire capacité à flairer les essences corporelles que la seconde se mettra en tête de percer… Anti-héros à l’odorat hors-norme, romance contrariée, la petite musique de ce premier roman est familière, jusqu’au patronyme de Sylvain, Bragonard, qui n’est pas sans rappeler un célèbre parfumeur de Grasse. Marie Mangez parvient malgré tout à surprendre ses lecteurs, grâce à une plume synesthétique, et un talent pour entremêler les odeurs, les souvenirs et les émotions.

Marine Durand

240 p., 18,50 €.

Articles similaires