Home Best of Portfolio Paul Humphrey

Drôle d'Insect

DJ Shadow © Paul Insect

C’est reparti pour un tour ! Voici venu le temps du re-reconfinement. De quoi nous filer le bourdon et nous couper les ailes ? Pas tant que ça. Parmi les artistes qui ont marqué nos pages, on se souvient d’Insect, publié il y a 10 ans tout pile (LM n°62 – avril 2011).

 

S’il est moins connu que Banksy ou Damien Hirst, Paul Insect (de son vrai nom Paul Humphrey) fait partie de ces artistes cultes qui tiennent le haut du pavé en matière de street-art. On l’a d’ailleurs vu peindre sur le mur de séparation en Palestine aux côtés du pochoiriste anglais, avant d’apparaître sur sa galerie d’art en ligne, Pictures On Walls. Ce designer britannique cultive, en solo ou au sein du studio graphique Insect (créé en 1995 avec Luke Davies), un style pop décadent, empreint d’éléments morbides. Citant Andy Warhol ou Roy Lichtenstein, il plonge les icônes de la société de consommation dans l’acide (une esthétique entre SF, montages photographiques et cultures urbaines) et les égratigne de ses influences punk. Lorgnant du côté du surréaliste Man Ray et du social-réaliste John Heartfield (qui protesta vivement contre le nationalisme allemand, avec des photomontages politiques hyper provoc), il manie volontiers l’humour noir, à l’image de cette tête de bébé avec un micro-processeur à la place du cerveau. En parallèle, Paul Insect travaille pour les grandes marques (Nike, Motorola, Adidas, MTV…) et poursuit son bonhomme de chemin en injectant toujours plus de couleurs à ses œuvres. Quand il ne se tourne pas vers la mode ou le design, il s’attaque à l’industrie musicale (Blue Dog Records, Archive…). Ainsi, notre couverture d’avril 2011 fut d’abord une pochette réalisée pour Dj Shadow. D’ailleurs, Paul lui-même joue au sein de formations electro déjantées : House of Fix et Wolves, éditées chez le label berlinois Tresor Records. Bref, un touche-à-tout de génie… mais à six pattes !

Carole Lafontan
Articles similaires
talk is cheap by allbluesofficial

GALE AND HER GLOSSY BALLS (c) Lexicon Love