Home Best of Portfolio Sebastiaan Bremer

Réalité augmentée

(c) Sebastiaan Bremer

Souvenirs, souvenirs…
Entre gris clair et gris foncé, couvre-feu et reconfinement, ce début d’année n’est pas très haut en couleur. C’est le moment de ressortir quelques couvertures de saison ! Parmi les artistes qui nous ont habillés pour l’hiver, on se souvient de Sebastiaan Bremer (LM n°115 – février 2016).

L’art peut-il changer le monde ? peut-être pas… Mais il peut l’embellir. En peignant directement sur des photographies, Sebastiaan Bremer façonne sa propre réalité, créant des palimpsestes visuels. Originaire d’Amsterdam, aujourd’hui installé à New-York, cet artiste réinterprète des images dont certaines très personnelles. En atteste cet épisode de vacances à la montagne. Ainsi constellés de points multi-colores, ces clichés dégagent une impression étrange, de la mélancolie, et une indéniable poésie. « Ils ont été pris par mes parents en 1973 alors que j’avais trois ans. Ils étaient partis avec ma sœur et mon frère en Suisse tandis qu’on m’avait envoyé chez un proche, explique l’artiste. Ma famille a l’air si heureuse ici que j’ai voulu amplifier cette impression… Mais la réalité est tout autre : mes parents rencontraient des problèmes conjugaux, ma sœur passait d’abominables vacances et mon frère se sentait mal dans sa peau… J’ai voulu, rétroactivement, changer la donne ». A la manière d’un chirurgien, Sebastiaan a incisé la surface de ces photos avec une lame très fine avant d’y injecter « des émotions ». Une technique – excluant le numérique – qui lui valu d’être exposé dans le monde entier, et que l’on retrouve dans ce travail sur les fleurs. Ces images-là sont issues d’un livre datant de la Seconde Guerre mondiale. « Y ajouter de la couleur est une façon de défier l’obscurité propre à cette période ». Présentées à Amsterdam en 2015, ces œuvres rendent hommage au pays de la tulipe. Et véhiculent un message : « peu de gens le savent mais beaucoup de nos fleurs viennent de là où arrivent les réfugiés : Turquie, Afrique, Afghanistan. Ce qui est assez ironique ». Et nous ramène à… la réalité.

A LIRE AUSSI : L’INTERVIEW DE L’ARTISTE

Julien Damien & Sonia Abassi
Articles similaires
talk is cheap by allbluesofficial

GALE AND HER GLOSSY BALLS (c) Lexicon Love