Home Style CharlotteChab

Globe croqueuse

Bruxelles (c) CharlotteChab

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Charlotte Bourrus (aka CharlotteChab) a toujours aimé découper des bouts de papier. Voyager, aussi. De ces deux passions est né un art singulier : la fabrication de mini-mondes personnalisés, mêlant approche documentaire et vernaculaire, émotions et souvenirs. Ces atlas intimes et poétiques ont d’abord pris la forme de cartes bidimensionnelles (le projet The Map) emplies de couleurs, personnages ou motifs, avant de gagner en relief sous des cloches de verre (The Globes). On n’a jamais été aussi heureux de voir la planète (re)confinée.

Charlotte Bourrus n’a pas attendu le confinement pour mettre le monde sous cloche. Voilà près de six ans que cette artiste installée à Biarritz pose une délicate chape de verre sur nos villes ou pays. Pour autant, il ne s’agit pas là de nous enfermer, mais d’ouvrir l’imaginaire. De la Tanzanie à New-York, en passant par Berlin, Bruxelles, Knokke ou Lille, la diplômée de l’Ensad réinterprète nos cartes et interroge les notions de territoire et de frontières. En résulte une géographie personnelle où se mêlent histoires vécues, architecture, patrimoine, mythes ou folklores propres à chaque destination. La capitale belge est ainsi symbolisée par un gigantesque Manneken-Pis, le café “A la mort subite” ou bien sûr ses fameuses gaufres. On l’aura compris, « il ne s’agit surtout pas de reproduire la réalité ni de concevoir une maquette, prévient cette grande voyageuse. Plutôt de traduire mes sentiments à propos d’un lieu, tout en respectant son “âme” : l’esprit zen du Japon, la verticalité de New-York ou le foutoir haussmannien de Paris ».

A la carte

Concrètement, la Française découpe (« comme dans de la dentelle ») et assemble moult images de papier dénichées au gré de ses recherches (dans des livres ou sur internet) en jonglant avec les échelles et les anachronismes. Ces collages en relief s’apprécient comme « des accumulations très bavardes, comme moi ! ». On se promène ainsi dans des villes-bulles hautes de 9 à 30 centimètres (voire plus) et fourmillant de détails. Au sein de son atelier où travaillent désormais jusqu’à huit personnes, plus d’un millier de globes sont fabriqués chaque mois à partir d’une soixantaine de modèles. Certaines pièces sont également ciselées sur-mesure, matérialisant les « micromondes » de clients parfois prestigieux – telle Salma Hayek. CharlotteChab offre ainsi des voyages intimes et immobiles, dont on ne revient jamais tout à fait.

A LIRE AUSSI : BOULE A NEIGE, LA TOTALE

Julien Damien
Articles similaires
(c) JLK France